Régimes spéciaux : de quoi parle-t-on ?

Le Premier Ministre Fillon a annoncé que le Président de la République ferait un discours sur le thème des retraites des régimes spéciaux le 18 septembre. Depuis, des brèves des agences de presse signalent un report de ce discours au 20 septembre. Faut-il y voir l’effet des réactions provoquées par cette annonce précipitée du Premier Ministre ?

Si les salariés et les organisations syndicales manifestaient fermement leur opposition à toute dégradation des conditions de départ en retraite, il y a fort à parier que le gouvernement nous annoncerait un report du discours à une date ultérieure…

Les régimes spéciaux sont les derniers survivants du droit commun aux 37,5 annuités nécessaires pour partir en retraite à taux plein. Ils ne sont nullement des nantis, contrairement à ce qu’une certaine presse tente de faire croire.

Historiquement, ces régimes ont été bâtis pour permettre un départ en retraite à l’âge de 55 ans en contrepartie de conditions d’activité professionnelle contraignantes (travail de nuit et de week-end, horaires changeants).

Ces régimes ont quelques parentés avec les conditions dont disposent les corps de fonctionnaires classés en corps actif (ex à l’IGN : les géomètres). Ou avec les retraites des agents du corps ouvriers classés dans des emplois insalubres. Un recul des régimes spéciaux percuterait immédiatement les corps actifs et les emplois insalubres.

Aujourd’hui, ceux qui sont dans la ligne de mire du gouvernement (RATP, SNCF, EDF-GDF, marins) le sont uniquement pour permettre l’ouverture de la marche vers les 42 annuités pour tous.

A qui fera-t-on croire que la prolongation d’activité jusqu’à 60 ans des marins pêcheurs constitue un impératif économique incontournable ?

Le dossier des retraites pose la question du comment les richesses créées sont réparties. Quelle est la part des salariés dans le partage de ces richesses ?

Plus la part des salariés est faible, plus la part des retraites baisse.

Contrairement aux annonces du gouvernement, les dispositions législatives prises jusqu’à maintenant n’ont visé qu’à faire baisser les retraites et pensions. Ce dont il est question avec les régimes spéciaux, c’est d’aller toujours plus avant dans la régression sociale en faisant disparaître tout souvenir des conditions dont disposaient antérieurement tous les salariés.

Il est temps de dire STOP !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s