Créteil : Des syndicalistes perturbent les voeux présidentiels

Présentation:

un accueil soigné a été réalisé par des syndicalistes du Val-de-Marne lors de la cérémonie des voeux du « président du pouvoir d’achat » dans les locaux du Conseil général. A l’heure de la suppression systématique des emplois dans la Fonction publique, du blocage des salaires, de l’introduction des franchises médicales, de la casse du Code du travail, du CDI, des 35 heures, il était justifié que le passage de « l’omniprésident » soit l’occasion d’une manifestation syndicale.

Bizarre, on n’en a pas entendu parler au 20Heures de TF1 …

Article du Parisien du samedi 12 janvier 2007

La police a dû évacuer hier matin des représentants de SUD et de la CGT au moment de la retransmission des voeux de Nicolas Sarkozy aux fonctionnaires.

INCIDENT RARE hier matin, à la préfecture du Val-de-Marne. Une quarantaine de manifestants ont perturbé la retransmission sur écran géant des voeux de Nicolas Sarkozy aux fonctionnaires français.

Vers 10 h 30, alors que 250 personnes, selon la préfecture, avaient pris place dans la salle des fêtes à l’invitation du préfet, plusieurs dizaines de manifestants, notamment des syndicats SUD et CGT, ont bruyamment fait entendre leur hostilité au chef de l’Etat.

Coups de sifflet et slogans revendicatifs, ils entendaient protester contre ces « voeux hypocrites ». « Nicolas Sarkozy nous souhaite une bonne année et derrière il a des projets pour démonter la fonction publique », s’insurge Valérie Boutté, de SUD.

« Nous n’avions aucune raison de contrôler les entrées » Si, dans un premier temps, Bernard Tomasini, préfet du Val-de-Marne, tente de ramener le calme, la décision est rapidement prise d’appeler les forces de l’ordre. Au final, une quinzaine de véhicules et près d’une cinquantaine de policiers sont dépêchés sur place. Finalement, vers 10 h 50, encadrés par cet imposant déploiement de forces, les manifestants évacuent dans le calme aux cris de : « Liberté d’expression ».

Un évènement qui a provoqué l’indignation de Bernard Tomasini : « Quand le chef de l’Etat, élu démocratiquement, présente ses voeux, il est de tradition républicaine et démocratique de les écouter. Et la liberté d’expression, c’est justement de laisser chacun s’exprimer, même le président de la République. Après, si on est en désaccord, on peut protester. Mais pas ici », précise le représentant de l’Etat.

Reste une question : comment les manifestants sont-ils parvenus à entrer dans la préfecture avec leurs tracts et surtout leurs banderoles, sans être inquiétés ? « C’est une maison ouverte, pas un blockhaus, poursuit le préfet. Nous n’avions aucune raison de contrôler les entrées. Tous les fonctionnaires étaient invités à suivre cette retransmission. Après, si on ne veut pas écouter le chef de l’Etat, on ne vient pas… »

Dans tous les cas, ce mouvement n’a pas étonné les observateurs. En effet, il y a quelques jours, plusieurs élus communistes mais aussi la CGT s’étaient indignés de cette invitation envoyée aux maires et aux fonctionnaires, sur recommandation de l’Elysée. Une démarche alors qualifiée de « choquante » et « provocatrice ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s