Cérémonie de remise des diplômes à l’ENSG du mercredi 6 février 2008

Cérémonie de remise des diplômes à l’ENSG du mercredi 6 février 2008

POUR LA SURVIE DE L’ECOLE de L’IGN !

Une AG du personnel et des élèves de l’ENSG s’est tenue le 31 janvier dernier. A cette occasion, les participants se sont inquiétés du devenir de l’ENSG, en tant qu’école de l’IGN à l’heure à certains ne rêvent que de délocaliser le cycle IT au Mans dans les étroits locaux de l’ESGT, et à l’heure où d’autres souhaitent récupérer les surfaces occupées par l’ENSG pour les rendre à l’ENPC.

Les contacts avec l’ESGT ont montré le faible niveau de cette école financée par le patronat du secteur. Ce qui montre au passage que les patrons ne sont pas intéressés à un haut niveau de qualification des salariés mais au strict minimum permettant de faire bosser.

Maintenant, en plus des menaces venant du coté de ceux qui veulent danser un slow étouffant avec l’ESGT, il y a aussi les rumeurs concernant l’externalisation des cycles DRPI et géomètres.

Cela a une signification très claire : la fermeture des recrutements statutaires dans l’IGN via les cycles de l’ENSG.

Cette politique est néfaste pour les raisons suivantes :

– elle porte atteinte aux emplois dans l’IGN ;

– elle porte atteinte aux carrières statutaires car derrière le recrutement via des filières extérieures à l’IGN se profile le recrutement hors statut fonctionnaire ou ouvrier ;

– elle porte atteinte à la qualification des agents.

Pour toutes ces raisons, il est important que ce mercredi s’exprime la volonté des personnels de voir le maintien de l’ENSG dans l’IGN, le maintien d’une localisation à proximité du cœur de la production.

NON : l’ENSG n’est pas à vendre !

L’ENSG fait partie du patrimoine public et de l’équipement géographique national et elle doit y rester !

Saint-Mandé, le 6 février 2008

4 réflexions sur “Cérémonie de remise des diplômes à l’ENSG du mercredi 6 février 2008

  1. La récente mise en cause de l’ESGT sur le blog de la section CGT de l’IGN appelle une mise au point de la part de la direction de l’école.

    Outre le fait que ce texte a choqué les enseignants et les étudiants de l’école, il comporte en effet des éléments discutables, voire inexacts. En particulier, rien ne permet de prétendre que le niveau serait plus faible à l’ESGT qu’ailleurs.

    L’Ecole supérieure des géomètres et topographes est un institut du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), grand établissement public de formation professionnelle supérieure, placé sous tutelle du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cet institut forme, depuis la Libération, les professionnels des domaines de l’aménagement du territoire, la gestion foncière, l’environnement, l’urbanisme, et les techniques géographiques regroupées désormais sous le nom de géomatique. L’équipe pédagogique, placée sous la responsabilité du professeur titulaire de la chaire de géomatique du Cnam (unique chaire d’enseignement et de recherche dans cette spécialité en France) est constituée d’enseignants-chercheurs titulaires d’une qualification décernée par le Conseil National des Universités, et de professionnels de haut niveau issus de l’industrie. Les enseignements de l’ESGT-Cnam sont adossés à un laboratoire de recherche reconnu par l’Etat (JE 2508). Enfin, les étudiants ayant effectué un semestre ou une année en mobilité dans d’autres établissements y compris à l’ENSG, ont toujours rapporté des résultats très honorables. Ces précisions devraient dissiper toute inquiétude quant au niveau de l’ESGT.

    Par ailleurs l’Ecole diplôme chaque année près de 100 ingénieurs qui sont très appréciés par les professionnels de l’environnement, de l’aménagement et de l’urbanisme. Le fait qu’ils trouvent le plein emploi et des salaires confortables contribue à l’attractivité du concours d’entrée.

    Quant au financement de l’école, il provient essentiellement de l’Etat et dans une moindre mesure des collectivités territoriales (Conseil régional Pays de la Loire, Conseil Général de la Sarthe, Communauté Urbaine du Mans). Ces ressources publiques sont abondées à hauteur de 5% de leur montant par les entreprises.

    N’hésitez pas à me contacter pour toute information sur l’ESGT. Cordialement
    L.Polidori

  2. Que le rapprochement avec l’ESGT soulève des inquiétudes et des oppositions au sein de l’ENSG est un fait.

    En revanche, je trouve très dommage et petit que cela se manifeste par des attaques portées au niveau de la qualification des étudiants de cette école.

    Je le dis haut et fort comme le disent je pense la plupart des étudiants de l’ESGT : je suis fier d’être étudiant de cette école, et je trouve son enseignement de qualité.

    Les métiers auxquels se destinent les étudiants de ces deux écoles sont actuellement différents, faire de pseudo-comparaisons de niveau d’enseignements n’amène à rien à part blesser. Les élèves de l’ESGT pourraient apprendre à ceux de l’ENSG bien des choses dans certains domaines, tout comme le contraire est vrai.

    Si je ne suis pas à l’ENSG, c’est que je n’avais aucune envie d’aller dans cette école.

    Si je suis à l’ESGT depuis deux ans déjà, c’est que j’aime cette école, que je suis heureux de l’enseignement qu’elle dispense au vu du parcours professionnel que j’envisage, heureux de l’ambiance qui y règne.

    Et tout au long de mon parcours scolaire je n’ai jamais eu à rougir de mon niveau scolaire.

    Je tiens à remercier M. Polidori pour sa réponse pleine de bon sens, et j’espère réellement qu’à l’avenir des querelles sur des rapprochements ou je ne sais quelle politique d’enseignement ne provoqueront plus des attaques aussi acides et blessantes pour les étudiants de notre école.

    Sébastien, étudiant de seconde année à l’ESGT, et vraiment fier de l’être.

  3. Bonjour.

    Objectivement, ce n’est pas une insulte de dire que le niveau des ingénieurs de l’ESGT est plus faible que celui des ingénieurs de l’ENSG, c’est fait! ( et les ingénieurs de l’ESGT dont je fais partie ne doivent pas mal le prendre). Il suffit de constater à quel niveau les élèves ingénieurs de ces deux formations sont recrutés: l’ENSG est au niveau des grandes écoles, l’ESGT clairement non. Pour avoir eu l’occasion de cotoyer quelques ingénieurs ENSG (étant moi-même un (relativement) ancien élève de l’ESGT), je pense que cette différence de niveau est palpable y compris chez les ingénieurs diplômés.

    A mes yeux, une fusion de ces deux formations serait préjudiciable non seulement à cause de cette différence de niveau qui provoquerait un ‘nivellement par le bas’ de la formation fusionnée (pour parler comme un géomètre), mais aussi à cause de la différence de contenu de ces deux formations.

    La vraie question à laquelle nous devons répondre est selon moi:
    Souhaitons-nous une formation d’ingénieurs de haut niveau en géomatique en France?
    Si oui, il me semble que la formation d’ingénieurs de l’ENSG doive être encouragée. Sinon, fusionnons les yeux fermés…!

    Frédéric.

  4. Bonjour.

    Objectivement, ce n’est pas une insulte de dire que le niveau des ingénieurs de l’ESGT est plus faible que celui des ingénieurs de l’ENSG, c’est un fait! ( et les ingénieurs de l’ESGT dont je fais partie ne doivent pas mal le prendre). Il suffit de constater à quel niveau les élèves ingénieurs de ces deux formations sont recrutés: l’ENSG est au niveau des grandes écoles, l’ESGT clairement non. Pour avoir eu l’occasion de cotoyer quelques ingénieurs ENSG (étant moi-même un (relativement) ancien élève de l’ESGT), je pense que cette différence de niveau est palpable y compris chez les ingénieurs diplômés.

    A mes yeux, une fusion de ces deux formations serait préjudiciable non seulement à cause de cette différence de niveau qui provoquerait un ‘nivellement par le bas’ de la formation fusionnée (pour parler comme un géomètre), mais aussi à cause de la différence de contenu de ces deux formations.

    La vraie question à laquelle nous devons répondre est selon moi:
    Souhaitons-nous une formation d’ingénieurs de haut niveau en géomatique en France?
    Si oui, il me semble que la formation d’ingénieurs de l’ENSG doive être encouragée. Sinon, fusionnons les yeux fermés…!

    Frédéric.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s