La Boétie : communiqué CGT OM du 16 mars 2009

Communiqué CGT OM IGN

La Direction ne tient pas ses engagements antérieurs !
La Boétie : la Direction prépare la fermeture du magasin. 14 emplois supprimés !
Ne la laissons pas faire !

Ce lundi 16 mars 2009, le Directeur Commercial a convoqué le personnel du magasin de La Boétie pour l’informer de ses scénarios sur le devenir du magasin. L’exercice satisfaisait aux classiques du genre : dresser un tableau noir pour ne laisser qu’une seule issue, censée être celle du moindre mal.

La DC présente un bilan de La Boétie qui met en cause le magasin mais aussi l’ensemble des conditions de diffusion des données IGN par l’IGN. Car la question de fonds, au-delà des détails est bien la suivante : est-ce que la diffusion de tous les produits IGN fait partie de la mission de service public ? C’est bien pourquoi, au delà de seuls agents de la Boétie, c’est tout le personnel qui est concerné.

Le Directeur commercial propose de supprimer 14 emplois et d’aller vers un hypothétique point de vente de 100 mètres carrés sur Paris Centre avec 4 ou 6 agents. En clair, il s’agit d’un enterrement annoncé.

La CGT rappelle que, lors de la mise en place du Plan « Marthe-Bismuth » en 2003, on avait eu 7 emplois en moins : l’effectif passant de 21 à 14, avec une réduction des plages horaires d’ouverture du magasin. Drôle de façon, déjà, de se porter au devant du client !

Alors que des promesses avaient été faites de lancer un rafraîchissement du magasin, d’améliorer les conditions d’accueil du public, de faire un show-room, pour les grands clients et institutionnels, et d’étudier toutes les pistes pour optimiser le site en vue de favoriser la fréquentation du magasin et la fidélisation des clients, à l’arrivée, on ne peut que constater le vide en matière de réalisation.

Hormis les suppressions de postes censées aider au rétablissement du compte de résultats, rien ! Rien n’a été fait pour améliorer le magasin, le fonctionnement, l’approvisionnement, le marketing ! Bien au contraire, sous des prétextes divers, la Direction générale a laissé couler, accumulant ainsi, d’année en année, les besoins de rénovation des locaux dont le coût devient alors trop lourd.

Avec le rapport de la Cour des comptes, on a aussi la menace du loyer que France Domaines va taxer aux établissements publics. La DC annonce un loyer annuel probable de 658.000 euros. Sinon, ce sera aussi l’épée de Damoclès de l’éviction du site comme pour la DG à Grenelle en 2007.

Les prix de l’immobilier vont eux aussi subir les aléas de la crise économique qui se répand en Europe et dans le monde. Dans ces circonstances, la vente de La Boétie sera à classer dans les cadeaux aux spéculateurs immobiliers.

Pour l’instant, jamais le projet de réaménagement du site de Saint-Mandé n’a évoqué un quelconque magasin (autre chose qu’un point d’accueil documentaire). Dans ces conditions, la fermeture de La Boétie signerait l’arrêt de mort de la diffusion Grand public, la fin de toute vitrine de l’IGN en direction du grand public. Quant au projet de micro-magasin de 100 mètres carrés, nous ne doutons nullement des capacités créatrices de la Direction pour aller vers l’échec programmé de cette fausse solution.

Les agents concernés par la fermeture de La Boétie sont aussi menacés de perdre de 10 à 20% de leurs revenus (perte des heures supplémentaires effectuées tous les samedis pour permettre l’ouverture du magasin 300 jours par an), de devoir déménager de l’ouest parisien vers l’est parisien à leurs frais ou de devoir faire des heures de transport en plus au détriment de leur temps libre.

Ce matin, la délégation de la DG, qui comprenait le DC et le DRH, voulait entraîner le personnel sur le terrain d’une discussion immédiate des conditions de passage à ce scénario. C’est-à-dire faire accepter tout de suite la fermeture d’ici 12 mois du magasin. Après réflexion, en présence des représentants du personnel CGT, ils ont refusé de se laisser prendre au piège.

La revendication du moment est donc celle de l’étude d’un autre scénario préservant les emplois et l’activité de diffusion. La CGT a pris contact avec les camarades de la CFDT afin d’étudier les moyens d’une réaction commune de tous les personnels.

Bien évidemment, la CGT ne se rendra pas à la réunion proposée par la DG vendredi prochain, car celle-ci est basée sur les 3 scénarios également inacceptables de la DC.

Saint-Mandé, le 16 mars 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s