Tract CGT OM IGN daté du 25 octobre 2010

Le vote de la loi de casse de nos retraites par le Sénat n’efface pas son caractère inacceptable et illégitime, car anti-social !

CONTRE LA CASSE DE NOS RETRAITES !

Le Sénat a voté le 22 octobre, avec des procédés cherchant à brûler les étapes, le projet de loi consacré à nos retraites. Avant même que le texte ne repasse devant l’assemblée nationale pour son vote final, il est certain que le pouvoir et le MEDEF vont tenter d’étouffer la mobilisation en disant que désormais la légitimité du vote du Parlement implique la fin de l’histoire.

Vote du Parlement ou pas, cette loi n’a pas de légitimité car elle n’est pas faite pour « sauver nos retraites » comme le prétend la propagande gouvernementale. Elle vise, dans la continuité des lois de 1993 et 2003, à faire baisser nos pensions pour réduire la part des salariés dans le partage de la richesse créée (la valeur ajoutée comme disent les journalistes économiques …) pour le plus grand profit du patronat et des banques.

Malgré toutes les déclarations tendant à faire croire que des concessions auraient été faites aux demandes des organisations syndicales ou aux besoins de telle ou telle catégorie de salariés, il demeure les faits incontournables et inacceptables :

  • le recul de l’âge de départ en retraite de 60 à 62 ans, soit deux années durant lesquelles une grande partie des salariés sera en posture précaire car après 55 ans, plus de la majorité des salariés ne sont plus en situation d’activité…
  • le recul de la limite d’âge (c’est-à-dire l’âge auquel les pénalités de la décote disparaissent) passe de 65 à 67 ans.

Faire passer pour une grande avancée sociale le maintien de la limité d’âge à 65 ans pour les salariés handicapés et les mères de 3 enfants ayant interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants est une sinistre plaisanterie au regard de ce qui existe actuellement…

  • le passage de 40 à 41 annuités est un moyen parmi d’autres de faire baisser les pensions
  • la mainmise patronale sur la médecine du travail
  • la farce de la pénibilité qui enterre les corps actifs et l’insalubrité pour les corps qui en bénéficiaient…Le patronat peut être rassuré : les gars du bâtiment ne partiront pas d’office à 55 ans. Mieux, ils seront, comme avant, licenciés car devenus inaptes au travail. La pénibilité dans ce cas ne permettra d’avoir le droit de partir en retraite que sur la base d’un constat de la dégradation définitive de l’état de santé du salarié…
  • l’instauration du comité de pilotage des retraites qui sera la tour de contrôle de la descente vers le toujours moins du système des retraites.

De nombreux secteurs connaissent des mobilisations sous des formes diverses (grèves sectorielles, blocages, manifs, AG…) par delà les appels à la grève lors des journées d’action nationales. Contrairement à ce que la grande presse tend à minimiser, l’ampleur de la mobilisation des salariés et des jeunes est telle que Raymond Soubie, le conseiller en « relations sociales » de Sarkozy, est en train de perdre la face, lui qui pensait que le vote de cette loi passerait sans faire trop de vague dès septembre… Nous approchons du mois de novembre…

Alors, au-delà des manœuvres médiatiques, le gouvernement sort le gros bâton :

  • les travailleurs des raffineries en grève sont soumis à des arrêtés de réquisition qui dépassent le cadre de cette législation faite pour les temps de guerre ou de crise très grave, les piquets de grève sont dégagés par des interventions policières.
  • les incidents se multiplient lors de manifestations, où la dénonciation intéressée de la « racaille » ne peut plus dissimuler le recours à des méthodes de provocation par certains sur ordres d’en haut.

Le syndicat CGT OM IGN appelle les agents de l’IGN à participer massivement aux journées de mobilisation lancées par l’Intersyndicale nationale le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre.

 

Les 28 octobre et 6 novembre :

TOUS EN GREVE ET EN MANIFESTATION

Saint-Mandé, le 25 octobre 2010

Alors, pour aider le mouvement à tenir et à rebondir, le syndicat CGT OM IGN propose de lancer :

Une collecte financière pour soutenir les secteurs en grève, notamment ceux des raffineries soumis aux réquisitions outrancières et aux actions policières de déblocage des usines et des dépôts.

(Etablir vos chèques à l’ordre de CGT OM IGN mention « solidarité avec les grévistes des raffineries »).

Publicités

Tract CGT OM IGN à l’occasion des Portes Ouverts des 16 et 17 octobre

Syndicat CGT OM IGN

Journées Portes Ouvertes de l’IGN – 16 & 17 octobre 2010

Usagers : Admirez votre patrimoine géographique …. Car cela ne durera pas éternellement si on laisse faire les orientations politiques actuelles !

Usagers, vous qui visitez notre établissement à l’occasion de ces Portes Ouvertes, sachez que les personnels mis à contribution ont accompli un surcroit de travail avec plaisir car tous, d’une façon ou d’une autre, sont fiers des réalisations de l’IGN.

Après avoir dessiné et imprimé la carte papier pendant des décennies, nous sommes passés au tout-numérique. Maintenant, l’infrastructure géographique publique du pays repose sur le RGE (Référentiel Géographique à Grande Echelle), sur un ensemble de bases de données, sur l’intégration de données de diverses provenances (photos aériennes, satellitaires, levés topographiques, …). Ce RGE et différents produits proposés par l’IGN sont accessibles par le biais du Géoportail.

Ces avancées techniques ne doivent pas faire oublier que des évolutions économiques et institutionnelles dangereuses, si on les laisse s’imposer, sont à l’œuvre.

Ainsi, l’application de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques), le nouveau nom de la remise en cause des services publics par les tenants du libéralisme économique le plus cru, va entrainer plusieurs conséquences :

– volonté de ne plus faire mais de « faire faire », c’est à dire d’externaliser pour la plus grande joie des prestataires privés : cela remet en cause des centaines d’emplois qualifiés statutaires mais aussi une perte de compétence scientifique, technologique sans pour autant amener à une baisse de la dépense publique. Dans ce cas, la commande publique devient la manne du privé.

– volonté de laisser la place aux opérateurs privés qui va induire une rupture de l’égalité de traitement qui concerne aussi bien les usagers particuliers que les collectivités locales,

Alors que l’IGN a pu, depuis sa création en 1940,  démontrer que le service public était capable d’évoluer et d’innover, on veut lui réduire sa  capacité d’action en entamant son activité dite « commerciale », terme que nous préférons appeler activité complémentaire de service public.

Le réseau des agences et comptoirs de vente est presque mort. La Direction générale, encouragée par les ministères de tutelle (Budget et MEEDDM), jette les dernières pelletées sur la tombe de ce réseau. Ceci s’accompagne d’une remise en cause de la gamme des produits grand-public comme de ceux dédiés aux collectivités. Sous prétexte d’avoir rendu le RGE gratuit, la Direction et les tutelles nous orientent vers le tarissement des ressources « commerciales » qui, de tous temps, ont assuré l’équilibre budgétaire de l’établissement en complétant la dotation de l’État.

La chasse aux coûts conduit aussi à des menaces sur la survie de l’ENSG, première école dans ce domaine en France. Un rapprochement malheureux et non-fonctionnel a été engagé avec l’ESGT du Mans, principalement pour amener un enseignement prestigieux dans le fief électoral d’un Premier ministre.

La disparition de l’ENSG aurait de graves conséquences pour la formation d’une main d’ œuvre hautement qualifiée dans nos spécialités, aussi bien dans le domaine de la production que de la recherche scientifique.

Laisser aller à son terme cette évolution reviendrait à laisser aux seuls opérateurs privés le bénéfice des produits dérivés, des applicatifs tandis que la constitution des données de base, celles du RGE, indispensables à toute autre production en aval, serait supportée uniquement par l’argent public.

Le site de Saint-Mandé, cœur historique de l’établissement, est l’objet d’une opération de restructuration, conjointement à l’arrivée en 2014 des services parisiens de Météo-France.  Cette opération immobilière entrainera la mise en vente de la moitié sud de l’actuel terrain de Saint-Mandé, alors qu’en plus de l’arrivée de 450 agents de Météo-France, l’IGN est censé absorber 50 agents en provenance de l’IFN d’ici 2012.

Cette orientation politique est néfaste pour le service public comme pour l’emploi qualifié ou la recherche scientifique. Elle va de pair avec l’actuelle attaque du gouvernement contre les retraites des salariés avec le projet de loi Sarkozy-Woerth qui veut reporter l’âge légal du départ en retraite à 62 ans et imposer une limite d’âge exonérant de la décote à 67 ans.

Service public et progrès social ont toujours été de pair dans l’histoire de la France. Laisser faire leur  destruction simultanée serait grave aussi bien pour les usagers que pour les salariés. Pour enrayer cet engrenage infernal, le syndicat CGT OM IGN vous appelle à participer massivement, dès maintenant, aux mobilisations unitaires lancées par les confédérations syndicales pour le retrait de ce projet de loi inique.

TOUS à la MANIFESTATION –

SAMEDI 16 OCTOBRE à 14H, Place de la République !

SERVICE PUBLIC, PROTECTION SOCIALE, RETRAITES :

NE LAISSONS PAS PASSER LE TRAIN DES CONTRE-REFORMES ANTI-SOCIALES !

RAFFINERIE DE GRANDPUITS : Appel à la solidarité

Appel à la solidarité

AUX CITOYENS FRANCAIS

Caisse de solidarité Raffinerie de Grandpuits

Réforme des retraites

En complément des manifestations, nous devons tous concourir à soigner la surdité du gouvernement. Si nos manifestations ne suffisent pas, certains ont montré la voie par d’autres alternatives.

Les salariés du pétrole, et tout particulièrement les salariés de Grandpuits, se sont déjà mobilisés en arrêtant leurs expéditions les 8 et 9 juin, et les 23 et 24 septembre, pour protester contre cette réforme injuste.

Pour soutenir cette action, qui consiste à arrêter de produire du carburant, nous demandons aux citoyens français, un élan de solidarité.

Nous sommes en grève depuis le mardi 12 octobre avec les pertes de salaires qui en résultent. Notre but, n’est en aucun cas de paralyser les travailleurs français, mais d’être rejoints par votre soutien financier ou moral, ou par vos aides dans des actions revendicatives.

Il n’y a que comme cela que nous arriverons à assurer la victoire du peuple face à cette réforme scélérate qui nous est imposée.

Pour vos dons, veuillez nous adresser par chèque, au montant de votre choix, à cette adresse :

RAFFINERIE DE GRANDPUITS
INTERSYNDICALE CGT / CFDT
77720 MORMANT CEDEX

A l’ordre de :

Intersyndicale C.G.T. / C.F.D.T. Total GPS


Le syndicat CGT OM IGN lance une souscription pour soutenir les camarades de la raffinerie de Grandpuits.
Adressez vos chèques à CGT OM IGN, mention « solidarité grévistes Grandpuits » par le biais des militants de votre connaissance.

 

Les syndiqués et collègues d’IGN Espace ont déjà collecté 427 euros, à l’heure où ce post est rédigé, qui seront partagés entre la solidarité aux raffineries et aux cheminots en lutte.

Cette solidarité est d’autant plus nécessaire que le gouvernement, en pratiquant la réquisition des grévistes et en envoyant les CRS/gendarmes contre les piquets, entend affaiblir définitivement la gréve du secteur des raffineries. Ne le laissons pas faire !!

CA de l’IGN du 22 octobre : appel intersyndical pour le boycott

Syndicat CGT OM IGN

Conseil d’administration du vendredi 22 octobre 2010

Budget 2011 – RGPP – COP – RETRAITES

Ne nous laissons pas faire !

Le budget 2011 de l’IGN va être discuté au Conseil d’Administration du vendredi 22 octobre. Malgré les déclarations de la DG sur la protection censée être apportée à l’établissement par le COP,  la froide réalité de la RGPP appliquée aux effectifs donne les chiffres suivants :

  • IPC/personnel de direction/directeur de recherche :                                            – 3 emplois
  • Géomètres :                                            – 4 emplois
  • Administratif catégorie C :                                            – 3 emplois
  • Ouvriers :                                          – 25 emplois

Il y a 1637 agents en activité à l’IGN à la fin 2010, il n’y en aura plus que 1612 au 31-12-2011 ! Le seul corps qui sera bien traité est celui des ITGCE avec un solde positif de 10. Voilà comment démolir un peu plus, année après année, le financement de la protection sociale… Voila aussi comment diminuer la capacité de production de l’IGN.

Cette réalité économique illustre les choix sociaux qui sont appliqués dans ce pays : ceux de faire payer les salariés et de remettre en cause les services publics. Il y a un lien direct entre l’offensive menée par le gouvernement contre les retraites et la politique quotidienne de la RGPP, basée sur la baisse des dotations, la baisse des effectifs, le blocage des salaires des agents de l’Etat.

Ainsi donc, les décideurs de ce pays veulent que l’on travaille jusqu’à 67 ans, avec un blocage des salaires envisagé pour la perpétuité, avec une Sécu affaiblie, pour escompter une retraite à taux plein.

Et ces gens-là s’offusquent du mouvement social actuel, entrainant salariés actifs, retraités, jeunes scolarisés, tous ensemble avec leurs organisations syndicales…Gréves, blocages, piquets, manifestations, AG se multiplient partout en France. A l’IGN, nous irons dire aux administrateurs représentants les grands ministères de tutelle que cette politique est inacceptable et que …..

Les salariés, à l’IGN comme partout en France, ne laisseront pas faire !

Rassemblement du personnel à l’appel de l’Intersyndicale CGT – CFDT  IGN

vendredi 22 octobre à 9H au pied du bâtiment N

Tract CGT OM du 20 octobre 2010 et photos de la manifestation…

Syndicat CGT OM IGN

NON A LA BAISSE DE NOS RETRAITES :

RETRAIT DU PROJET DE LOI DE CASSE DE NOS RETRAITES !

Alors que la mobilisation sociale ne faiblit pas, que les de journées d’action et de manifestations rencontrent un écho de plus en plus grand, les actions de lutte sous des formes diverses se multiplient : AG, blocages, piquets, manifs locales, grèves, partout dans le pays. C’est maintenant qu’il faut agir pour faire céder le gouvernement.

Le projet de loi  va dans le sens du durcissement des conditions de départ en retraite (recul des âges de départ, baisse des pensions du fait de la multiplication des obstacles à une retraite à taux plein, non reconnaissance de la compensation de l’usure des salariés par les conditions de travail, notamment dans les métiers pénibles, insalubres, postés, etc …) et donc d’une baisse des pensions, dans la continuité des lois de 1993 et 2003. Tout cela n’est pas acceptable, n’est pas supportable car rien ne justifie la baisse des nos pensions… sauf la volonté politique de gouverner pour le CAC40 et les marchés financiers, prédateurs de la dette publique.

La semaine dernière, les salariés de l’IGN et de l’HIA Begin, avec leurs organisations syndicales, et associés avec les lycéens de Berlioz ont porté leurs revendications au député-maire de Saint-Mandé.

Avant que le vote de la loi destinée à faire baisser nos retraites n’intervienne au Sénat, les salariés et les jeunes vont demander des explications à la sénatrice et maire adjoint honoraire de Vincennes, Catherine Procaccia.

jeudi 21 octobre 2010
Rassemblement : à 11h30 devant la loge, avenue Pasteur.
MANIFESTATION
en DIRECTION de la MAIRIE de VINCENNES
à l’appel de CGT OM IGN, CGT PTA IGN, CFDT IGN

St-Mandé, le 20 octobre 2010

Et voila les photos de la manifestation ayant eu lieu le jeudi 21 Octobre . Nous on rejoins sur le parcours des représentants de FNTE et des territoriaux de Fontenay-sous-Bois.

La directrice de cabinet du maire de Vincennes a reçu une délégation des manifestants, et , a simplement pris note .

PLUS QUE JAMAIS, LES AGENTS DE L’IGN SONT ET RESTERONT MOBILISES JUSQU’AU RETRAIT DE LA REFORME.

NI AMENDABLE, NI NEGOCIABLE!!!