Tract CGT OM IGN à l’occasion des Portes Ouverts des 16 et 17 octobre

Syndicat CGT OM IGN

Journées Portes Ouvertes de l’IGN – 16 & 17 octobre 2010

Usagers : Admirez votre patrimoine géographique …. Car cela ne durera pas éternellement si on laisse faire les orientations politiques actuelles !

Usagers, vous qui visitez notre établissement à l’occasion de ces Portes Ouvertes, sachez que les personnels mis à contribution ont accompli un surcroit de travail avec plaisir car tous, d’une façon ou d’une autre, sont fiers des réalisations de l’IGN.

Après avoir dessiné et imprimé la carte papier pendant des décennies, nous sommes passés au tout-numérique. Maintenant, l’infrastructure géographique publique du pays repose sur le RGE (Référentiel Géographique à Grande Echelle), sur un ensemble de bases de données, sur l’intégration de données de diverses provenances (photos aériennes, satellitaires, levés topographiques, …). Ce RGE et différents produits proposés par l’IGN sont accessibles par le biais du Géoportail.

Ces avancées techniques ne doivent pas faire oublier que des évolutions économiques et institutionnelles dangereuses, si on les laisse s’imposer, sont à l’œuvre.

Ainsi, l’application de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques), le nouveau nom de la remise en cause des services publics par les tenants du libéralisme économique le plus cru, va entrainer plusieurs conséquences :

– volonté de ne plus faire mais de « faire faire », c’est à dire d’externaliser pour la plus grande joie des prestataires privés : cela remet en cause des centaines d’emplois qualifiés statutaires mais aussi une perte de compétence scientifique, technologique sans pour autant amener à une baisse de la dépense publique. Dans ce cas, la commande publique devient la manne du privé.

– volonté de laisser la place aux opérateurs privés qui va induire une rupture de l’égalité de traitement qui concerne aussi bien les usagers particuliers que les collectivités locales,

Alors que l’IGN a pu, depuis sa création en 1940,  démontrer que le service public était capable d’évoluer et d’innover, on veut lui réduire sa  capacité d’action en entamant son activité dite « commerciale », terme que nous préférons appeler activité complémentaire de service public.

Le réseau des agences et comptoirs de vente est presque mort. La Direction générale, encouragée par les ministères de tutelle (Budget et MEEDDM), jette les dernières pelletées sur la tombe de ce réseau. Ceci s’accompagne d’une remise en cause de la gamme des produits grand-public comme de ceux dédiés aux collectivités. Sous prétexte d’avoir rendu le RGE gratuit, la Direction et les tutelles nous orientent vers le tarissement des ressources « commerciales » qui, de tous temps, ont assuré l’équilibre budgétaire de l’établissement en complétant la dotation de l’État.

La chasse aux coûts conduit aussi à des menaces sur la survie de l’ENSG, première école dans ce domaine en France. Un rapprochement malheureux et non-fonctionnel a été engagé avec l’ESGT du Mans, principalement pour amener un enseignement prestigieux dans le fief électoral d’un Premier ministre.

La disparition de l’ENSG aurait de graves conséquences pour la formation d’une main d’ œuvre hautement qualifiée dans nos spécialités, aussi bien dans le domaine de la production que de la recherche scientifique.

Laisser aller à son terme cette évolution reviendrait à laisser aux seuls opérateurs privés le bénéfice des produits dérivés, des applicatifs tandis que la constitution des données de base, celles du RGE, indispensables à toute autre production en aval, serait supportée uniquement par l’argent public.

Le site de Saint-Mandé, cœur historique de l’établissement, est l’objet d’une opération de restructuration, conjointement à l’arrivée en 2014 des services parisiens de Météo-France.  Cette opération immobilière entrainera la mise en vente de la moitié sud de l’actuel terrain de Saint-Mandé, alors qu’en plus de l’arrivée de 450 agents de Météo-France, l’IGN est censé absorber 50 agents en provenance de l’IFN d’ici 2012.

Cette orientation politique est néfaste pour le service public comme pour l’emploi qualifié ou la recherche scientifique. Elle va de pair avec l’actuelle attaque du gouvernement contre les retraites des salariés avec le projet de loi Sarkozy-Woerth qui veut reporter l’âge légal du départ en retraite à 62 ans et imposer une limite d’âge exonérant de la décote à 67 ans.

Service public et progrès social ont toujours été de pair dans l’histoire de la France. Laisser faire leur  destruction simultanée serait grave aussi bien pour les usagers que pour les salariés. Pour enrayer cet engrenage infernal, le syndicat CGT OM IGN vous appelle à participer massivement, dès maintenant, aux mobilisations unitaires lancées par les confédérations syndicales pour le retrait de ce projet de loi inique.

TOUS à la MANIFESTATION –

SAMEDI 16 OCTOBRE à 14H, Place de la République !

SERVICE PUBLIC, PROTECTION SOCIALE, RETRAITES :

NE LAISSONS PAS PASSER LE TRAIN DES CONTRE-REFORMES ANTI-SOCIALES !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s