FNTE – CGT : appel à l’occasion de la Commission Paritaire Ouvrière du MINDEF du 2 décembre 2010

FNTE – CGT

Commission Paritaire Ouvrière du MINDEF du 2 décembre 2010 :

Un ordre du jour inacceptable !

La CGT a reçu l’ordre du jour de la CPO, Commission Paritaire Ouvrière, qui se réunira le 2 décembre. Dans la casse des acquis sociaux, cette CPO est un modèle du genre. La DRH-MD a débordé d’imagination pour appliquer la réforme du ministère de la Défense et de zèle pour nous communiquer les conséquences de la loi portant réforme des retraites.

Décrets salariaux

Dans ces documents, figure le projet de décret suspendant les effets des décrets de 1951 et 1967.

Suspendre les augmentations trimestrielles, c’est du salaire en moins, c’est du pouvoir d’achat en moins.

Les personnels ne peuvent envisager un tel recul social avec la suppression d’un acquis social gagné par le sang et de hautes luttes.

Mais les projets du ministère ne s’arrêtent pas là.  Sous prétexte de compenser le gel du bordereau de salaire, il propose des mesures d’accompagnement. Le ministère propose de refondre la prime de rendement pour « qu’elle puisse permettre d’individualiser les montants indemnitaires versés aux ouvriers de l’État, tout en offrant des garanties dans la gestion collective du dispositif ».

C’est tout simplement la mise en place du salaire au mérite à l’image de la prime de fonctions et de résultats (PFR) des fonctionnaires. C’est inacceptable et contraire au principe du travail égal, salaire égal.

Réforme des retraites et ses conséquences

Contrairement aux idées reçues, les personnels à statut ouvrier n’ont pas de régime spécial. La loi portant réforme des retraites s’appliquera donc aussi à cette catégorie de personnels.

  • Âge d’ouverture des droits à pensions porté de 60 ans à 62 ans.
  • Âge d’annulation de la décote porté de 65 ans à 67 ans.
  • Augmentation progressive jusqu’en 2020 de la durée de cotisation à 41,5 ans pour bénéficier de la retraite à taux plein.
  • Augmentation du taux de cotisation qui passera progressivement de 7,85% à 10,55%.
  • Le dispositif des carrières longues est maintenu mais reste à déterminer par décret d’application.
  • Âge d’ouverture des droits à pensions pour les travaux insalubres porté de 55 ans à 57 ans.
  • Obligation d’avoir effectué 17 ans de travaux insalubres et non plus 15 ans.

C’est un recul social sans précèdent qui s’opère.

Il ne faut laisser aucun répit à ce ministère dans la destruction des textes réglementant les personnels à statut ouvrier.

La CGT appelle en intersyndical l’ensemble des personnels à déposer avec leurs syndicats une motion pour le maintien des décrets salariaux.

La CGT appelle dès à présent et tous les jours à mener des initiatives sous toutes leurs formes décidées avec le syndicat et les salariés.

La CGT appelle à une journée de grève le 2 décembre 2010.

Montreuil, le 23 novembre 2010

Cloture de la collecte de soutien aux grévistes de l’automne – Remerciement aux donateurs

Ce jour [25-11-2010], nous clôturons la collecte lancée par notre syndicat en soutien aux secteurs grévistes qui ont marqué cet automne socialement chaud.

Ainsi, au final, nous avons collecté 1222 euros auxquels nous rajouterons 278 euros pris sur la caisse de lutte du syndicat, pour arriver/arrondir à 1500 euros que nous distribuerons sous la forme suivante :

  • 1) 40% pour les grévistes de la raffinerie de Grandpuits
  • 2) 60% pour les éboueurs parisiens qui ont été parmi les tous derniers à reprendre le travail après 3 semaines de grève rendues très visibles par le blocage de la centrale d’ordures de Vitry.

Nous remercions tous les collègues, syndiqués comme non-syndiqués, qui ont contribué à cette initiative.

La principale leçon de cet automne socialement chaud est la suivante : les salariés de France n’ont pas envie d’être tondus pour satisfaire aux besoins de la Bourse et du patronat. Et ils ont raison ! Et si Sarkozy nous a imposé ces reculs des âges de départ en retraite (62 et 67 contre 60 et 65), pour autant le « grand » ministre porteur du dossier des retraites, M. Woerth, est sorti du remaniement ministériel comme un voleur, sans gloire.

Et voleurs, ils le sont, tous les responsables qui ont décidé d’imposer cette loi qui ne vise pas à « sauver les retraites » mais bien à faire baisser les pensions servies en aggravant les conditions de départ. Ces mesures constituent un vol du salaire différé des salariés.
Et comme dit la chanson :

« battons le fer tant qu’il est chaud,
« soufflons nous-mêmes notre forge
« …pour que le voleur rende gorge »

L’édifiante leçon de choses que nous procurent la Grèce et l’Irlande doit être complétée par une préparation lucide et résolue des prochaines batailles sociales.

Alors qu’hier, on nous décrivait la Grèce comme un pays de fainéants qui devaient bien finir par payer, tôt ou tard, des turpitudes incompatibles avec l’économie actuelle, voici que le « Tigre celtique », hier encore porté aux nues par la presse économique, se retrouve aussi touché !

Dans les deux cas, des pays entiers sont pris en otage par les mouvements spéculatifs des marchés financiers. L’avenir même de la zone euro est en suspens avec la menace réelle que la crise se propage à l’Espagne, à l’Italie voir à la France.

Quelque soit la façon dont la crise économique se répandra, il est clair, et en cela réside l’esprit de notre mobilisation de cet automne, que les salariés n’ont pas à payer pour la crise des spéculateurs et des banquiers !
La baisse des salaires, des pensions, des minima sociaux, des prestations sociales, les licenciements, les suppressions de services publics ne servent pas la société, la majorité, elles ne profitent qu’à une infime minorité.
Cela est donc totalement injustifié, illégitime. Les salariés n’ont rien à lâcher !

Chaque euro versé à cette collecte de soutien aux grévistes est un euro versé pour la prochaine mobilisation. A la rapacité des marchés financiers et des patrons, nous opposons les valeurs et les moyens de la solidarité sociale : la défense collective de la condition des salariés, des systèmes de protection sociale.

En prévision des prochaines mobilisations sociales, pour préparer lucidement ces échéances, la CGT OM IGN lance un appel à tous les agents de l’IGN : ne restez pas isolés, défendez-vous, défendons-nous !
Syndiquez-vous !

Saint-Mandé, le 25 novembre 2010

Appel à manifester le samedi 6 novembre 2010

Syndicat CGT OM IGN

5 novembre 2010

Retraites :

Sarkozy et le gouvernement prétendent nous imposer leur loi

Après deux mois d’intenses mobilisations sociales, malgré la participation répétée de 2 à 3 millions de grévistes ou manifestants selon les jours, le gouvernement prétend toujours imposer sa loi de casse de nos retraites. La promulgation est attendue pour la mi-novembre.

Mais pour autant, celle-ci n’interviendra pas comme Sarkozy l’aurait souhaité car, durant ces dernières semaines, des millions de salariés ont montré qu’ils n’avaient aucune envie de se laisser faire. Ainsi, le gouvernement a perdu la bataille de la légitimité.

Et pour cause, cette loi est anti-sociale et des millions de salariés et retraités l’ont bien compris ! Cette loi ne vise pas à « sauver nos retraites », mais bel et bien à faire baisser les pensions et, à terme, à fragiliser complètement le système de la retraite par répartition.

Cette loi est anti-sociale et toutes les manœuvres du gouvernement n’effaceront pas cette réalité. A défaut d’empêcher sa promulgation, il faudra arracher son abrogation, et enterrer dans la foulée les autres lois qui l’ont précédé sur le chemin du moins-disant social : la loi Balladur de 1993 comme la loi Fillon de 2003.

Alors, pour la CGT, il n’est pas question de baisser les bras. La mobilisation doit continuer, contre cette loi injuste, faite pour satisfaire le MEDEF.

Manifestation partout en France,samedi 6 novembre 2010

Paris : manifestation régionaleà l’appel de CGT, CFDT, CFE/CGC, CFTC, FSU, UNSA

Départ : 14H30, place de la République, direction : place de la Nation.

Il est d’autant moins question d’arrêter que des dizaines de mauvais coups sont en préparation contre les salariés, contre les assurés sociaux, contre les services publics :

  • blocage des salaires et suppressions massives d’emplois dans la Fonction publique,
  • remise en cause des 35H, donc danger potentiel sur les RTT et le règlement du temps de travail appliqué à l’IGN depuis 2002 (plage fixe, …),
  • effets de plus en plus palpable de l’application de la RGPP sur les services publics, avec des suppressions de postes et de services qui ne faciliteront pas la vie et les besoins des usagers
  • le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011 prévoit un plan « d’économies » de 2,4 milliards d’euros dont 340 millions à la charge des malades par des baisses de remboursements obligatoires ou des restrictions de prise en charge,
  • hausse de la TVA sur les abonnements Téléphone+Internet+TV avec le passage à 19,6% au lieu des 5,5% actuels,
  • arnaque de masse avec le projet de loi d’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité qui comporte l’obligation de faire payer aux abonnés le changement du compteur d’électricité, soit 300 euros par ménage pour le plus grand profit des trusts de l’électricité, loi qui amènera aussi EDF a augmenté ses tarifs…pour ne pas défavoriser ses rivaux !!!

A l’IGN, la CGT appelle les agents à préparer la suite, car si nous prenions le risque de nous démobiliser, de baisser la garde, nous ne récolterions que toujours plus de fruits amers de l’austérité appliquée aux services publics, à nos emplois, à nos salaires.

Ainsi, le lundi 8 novembre, l’administration reconvoque le Conseil d’administration, en lieu et place de celui annulé le 22 octobre par la mobilisation du personnel.

Les élus CGT de l’IGN ne siègeront pas à cette séance car aucune des conditions qui avaient motivé notre position de boycott pour la séance du 22 octobre n’a évolué :

  • le gouvernement veut toujours nous imposer sa loi de casse de nos retraites ;
  • le budget 2011 est toujours un budget d’austérité et de casse des services publics ;
  • le budget prévisionnel IGN pour 2011 est toujours basé sur la baisse des effectifs, le blocage des salaires et la restriction budgétaire, tandis que les tutelles visent toujours à entraver notre activité en direction des recettes complémentaires de service public.

Au lieu de siéger en vain dans cette instance, la CGT appelle le personnel de Saint-Mandé à

une AG ce lundi 8 novembre 2010 à 10h30dans le hall de la photothèque

pour débattre et décider ensemble des modalités de poursuite de notre action revendicative.

Par ailleurs, la CGT OM IGN a lancé un appel à souscription pour soutenir les grévistes des différents secteurs qui ont prolongé leur action pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines : raffineries, ports, éboueurs de la Ville de Paris, etc …

Cette souscription n’est pas close et nous prenons contact avec les syndicats et salariés de ces secteurs pour leur transmettre avant la fin du mois le fruit de cette collecte. D’ores et déjà, nous saluons et remercions les collègues qui ont envoyé pour plus de 550 euros.

La leçon principale de cet automne, c’est bien que jamais rien n’est acquis définitivement pour les salariés dans ce système économique et social. Et que la seule façon de faire face aux mauvais coups, c’est de ne pas attendre isolé, fragilisé, désinformé. Il faut se syndiquer CGT !

Salariés, agents de l’IGN, quelque soit votre statut, votre catégorie, votre emploi : rejoignez la CGT ! Contactez les militants CGT de votre connaissance pour cela.

Rester informé pour rester mobilisé,: un blog syndical à conserver dans ses signets :