CPO du vendredi 17 juin 2011

Déclaration préalable du syndicat CGT OM IGN

La Commission Paritaire Ouvrière convoquée ce vendredi 17 juin pour traiter des avancements de l’année 2011 ne saurait commencer sans que les élus CGT ne mettent en avant la situation difficile et dangereuse du corps ouvrier de l’IGN dans le contexte politique et économique actuel.

1) Parler de carrière amène à parler de pérennité du corps ouvrier !

Avec la clôture du recrutement via le concours DRPI, on assiste à une aggravation de la situation créée ces dernières années, notamment du fait de la RGPP et de la baisse des effectifs avec la règle du « un départ sur deux non remplacé », règle qui se traduit dans l’IGN par le fait que le corps ouvrier supporte l’essentiel des réductions d’effectifs de ces dix dernières années.

Alors que la charge de travail avec le chantier LIDAR est importante, alors que l’activité autour du RGE comme des autres applications n’est pas en décroissance, il faut des agents qualifiés en production.

La CGT revendique la reprise de l’embauche ouvrière :

  • pour la filière DRPI avec la reprise des recrutements sur concours suivis d’une scolarité sanctionnée par un diplôme homologuée via l’ENSG ;
  • pour les autres filières professionnelles (SPI/ imprimerie, SAA/ aéronautique, informatique, documentation, vente, marketing, SAV et comptabilité-gestion….) : maintien et extension des embauches. La CGT revendique la titularisation dans le corps ouvrier des personnes actuellement en CDD de diverses natures sur ces spécialités.
  • métiers du support : la CGT combat le recours à la sous-traitance aussi bien en production que sur les activités support car cette orientation stratégique ne vise qu’à une seule chose : faire baisser les salaires !

Sans recrutement pourvoyant au remplacement des générations qui font valoir leur droit à la retraite, l’avenir du corps est menacé à court terme. Cela influe aussi bien sur le déroulement des carrières (pyramidage en pointe inversée) que sur la pérennité du Fonds de retraite (FSPOEIE).

2) Parler de carrière amène à parler de statut et de salaires :

Depuis le 1er janvier 2011, les salaires des ouvriers d’Etat sont gelés avec la suspension des décrets salariaux de 1951 qui garantissaient des évolutions trimestrielles en référence aux salaires constatés de la métallurgie de la région parisienne.

L’arrêté suspendant les décrets salariaux jusqu’au 31 décembre 2011 doit être retiré immédiatement !

Au passage, la CGT rappelle la très vieille mais encore constamment actuelle revendication de suppression des abattements de zone : le coût de la vie n’est pas moins cher à Bordeaux, Lyon, Toulouse qu’il ne l’est à Paris. Cet héritage social du pétainisme de sinistre mémoire doit être enterré une bonne fois pour toutes !

3) Parler de carrière amène à prendre en compte les qualifications acquises et mises en œuvre et les responsabilités exercées :

  • défense des postes de maitrise : LPI , MAJEC, autres postes…
  • accès aux catégories AT pour un plus grand nombre : le décontingentement des catégories AT/CM doit être élargi, quelque soit l’avenir des effectifs du corps.

A l’occasion de la réorganisation menée dans la foulée de la fusion IGN / IFN, le projet de restructuration de la MAJEC entrainant la disparition des chefs de LPI et le transfert de leurs activités vers des « responsables » d’ARP dépourvus de reconnaissance statutaire est inacceptable.

La CGT demande l’abandon pur et simple de la suppression des 5% des postes d’encadrement prévue dans le cadre de cette réorganisation dont il est à craindre qu’elle n’engendre de nombreuses désorganisations si le personnel ne conteste cette solution.

Pour la CGT, il est hors de question d’accepter des baisses de salaires ou des baisses d’effectifs, car ce qui est perdu ne sert nullement à améliorer le fonctionnement du service public. Ce qui est prélevé par les coupes budgétaires de la RGPP, ce sont uniquement les moyens de soutenir les banques et les spéculateurs qui vivent de la dette publique contre la société.

Aujourd’hui comme hier, seule la mobilisation sociale permettra aux salariés (actifs et retraités) de bénéficier d’un mieux-être pour tous, par la juste répartition des fruits de la production pour ceux qui en sont les créateurs.

  • Augmentez nos salaires !
  • Augmentez les effectifs !
  • Améliorez nos carrières !

Voila le message que la CGT envoie ce jour à l’administration.

Saint-Mandé, le 17 juin 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s