Compte rendu de l’audience avec le ministère de la fonction publique du 14 janvier 2013

La délégation CGT était composée de Flavien Labille (FNTE), Charles Breuil (SNOPA), Christophe Pringot (USAC), Olivier Delbeke (OM-IGN), Frédéric Méry (Monnaies et Médailles), Christophe Sébaut (Fédération Police), Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’UGFF.

Représentants du cabinet de la ministre de la réforme de l’État, de la décentralisation et de la fonction publique : Xavier Lacoste (conseiller social), Sophie Lebret (conseillère fonction publique).

Jean-Marc Canon a pris la parole en expliquant le sens de la démarche des organisations syndicales CGT représentatives des ouvriers d’État.

Flavien Labille au nom de tous les camarades a fait une déclaration que vous trouverez ci-jointe et dans laquelle il développe les arguments pour lever les interdictions de recruter et ainsi reprendre de toute urgence des embauches d’ouvriers d’État, tout en demandant une véritable reconnaissance des ouvriers d’État dans la fonction publique.

Chacun des camarades a pu s’exprimer concrètement sur les désastres que constituent cette politique dogmatique dans chaque ministère ou service. Désastre au niveau du service public et des missions régaliennes qui se traduit par une perte des missions ou leur externalisation vers le secteur privé.

Monsieur Lacoste après nous avoir entendus, précise que le gouvernement n’était pas dans une logique d’externalisation, ni de remplacement de fonctionnaires par des contractuels.

La Modernisation de l’Action Publique (MAP) doit permettre de définir les missions et par qui elles doivent être accomplies. Cependant, il précise que le gouvernement n’allait pas revenir sur des pans entiers déjà externalisés (à l’exemple de l’imprimerie nationale).

Il fallait tirer les conséquences de l’externalisation et réfléchir sur la place des missions techniques dans la fonction publique de l’État. Le principe des agents publics sur ces missions techniques était retenu mais il fallait avoir une réflexion sur le statut : soit un statut de corps technique au sein de la FP ou éventuellement un ou des statuts d’ouvrier d’État.

Nous lui avons répondu que pour nous ce corps technique existe, il s’agit des ouvriers d’État pour lesquels nous sommes venus demander une reconnaissance.

Le conseiller social est prêt à engager des discussions et un travail de fond avec la CGT sur le sujet.

Nous avons insisté sur l’attente d’un signe politique fort de la part du gouvernement en stoppant toutes décisions d’externalisations et en débloquant les embauches d’ouvriers d’État.

Monsieur Lacoste dit avoir compris nos arguments et précise que des ministères ont déjà fait remonter des besoins.

En conclusion : ce premier échange a permis de faire valoir nos arguments par rapport à des positions dogmatiques. Une prochaine réunion est envisagée au mois de mars pour faire le point sur les missions. Il faudra sans aucun doute la mobilisation de tous les ouvriers pour obtenir des embauches, une reconnaissance des ouvriers d’État et la préservation de nos règles statutaires respectives !

Montreuil, le 17 janvier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s