Le 12 avril 2014 : Marchons contre l’austérité ! pour l’égalité et le partage des richesses !

La Commission Exécutive du syndicat CGT OM IGN, réunie ce mardi 8 avril, a décidé d’appeler à la manifestation du samedi 12 avril sur le thème  » Marchons contre l’austérité ! pour l’égalité et le partage des richesses ! » lancée par un certain nombre d’organisations politiques, syndicales ou associatives à l’instar de la décision prise par de nombreuses autres structures de la CGT, notamment l’Union Régionale Ile de France CGT et l’Union Départementale 94 CGT.

Voir le texte de cet appel et les tracts de ces organisations :
http://www.cgt94.fr/spip.php?article1130

Publicités

Compte-rendu de la CPO Notation du 04 avril 2014

La Commission Paritaire Ouvrière statuant sur les réclamations des notations s’est déroulée ce jour.

53 agents ont portés réclamations sur leurs notes, leurs critères ou les deux. Certain ont fait des observations qui, pour la majeur partie, revenaient à demander un avancement catégoriel.
Sur les 26 réclamations portant sur la notes, 16 ont étés révisées et sur les 17 réclamations portant sur les critères, 14 ont étés révisées.
Nous invitons les agents ayant réclamé à se rapprocher des représentants CGT O/M qui ont siégé en CPO.

Par ailleurs, la Drh a présenté un dossier de changement d’emploi d’un agent. Situation prévue, bien qu’inhabituelle puisque généralement chaque CPO est dédiée à un sujet principal (en avril, la notation, en juin, les avancements, en décembre, les changements d’emploi).

Mais qu’elle ne fut pas notre surprise quand nous avons appris que ce changement d’emploi pourtant traité et validé lors de la CPO de décembre 2013 et, dont nous savions qu’il était depuis bloqué par le Contrôle Financier, revenait sous une autre forme.
Là, ce n’était ni la DRH, ni le chef de service de cet agent, ni même les organisations syndicales qui représentaient le changement d’emploi mais… le CF qui, estimant que l’emploi proposé ne lui convenait pas, faisait une contre-proposition.

De la surprise, nous sommes passés à la colère. Il est intolérable que le CF fasse preuve d’une telle immixtion dans la gestion du corps Ouvriers. Accepter cela aujourd’hui, c’est lui donner la capacité demain de faire et défaire les avancements catégoriels, de modifier notre texte statutaire et finalement de ne considérer une fois de plus les ouvriers de l’État qu’a travers le serrage de vis budgétaires.

Pour la CGT O/M, cette proposition de la CF est un manquement grave au respect des prérogatives du Directeur Général, car au final, après avis de la commission paritaire, c’est sous la forme d’une décision du DG que se concrétise une évolution de carrière comme un changement d’emploi ou un avancement.

Nous en appelons dés aujourd’hui au Directeur Général pour qu’il mette de l’ordre dans cela et fasse que les décisions de la Commission Paritaire Ouvrière qu’il a visées soient, certes contrôlée d’un point de vue réglementaire, mais surtout exécutées. A chacun ses prérogatives!

Le CF n’a pas à s’immiscer dans la gestion des corps. La seule chose qui lui revient est de regarder l’adéquation des décisions avec les textes réglementaires et les enveloppes budgétaires. Point.

Pour les représentants CGT O/M, ceci n’augure rien de bon quant à la tenue du groupe de travail REOM du jeudi 10 Avril. Nous demandons que l’Intersyndicale se réunisse au plus vite sur ce sujet.

Pour la CGT O/M,
Benjamin Briant

 

CPO Notation du 04 avril 2014 : déclaration préliminaire de la CGT OM IGN

CPO du 4 avril 2014

Déclaration préliminaire de la délégation CGT OM IGN

Madame la présidente de la CPO,

Ce vendredi 4 avril 2014, cela fait exactement 3 ans 6 mois et 4 jours que les salaires des Ouvriers d’État n’ont plus connu de juste revalorisation.

En effet, depuis le 1er octobre 2010, date de la dernière revalorisation du bordereau salarial des Ouvriers d’État, les gouvernements successifs se sont arc-boutés sur la logique du moins disant salarial en bloquant nos salaires.

La CGT O/M revendique le retour de la revalorisation trimestrielle du bordereau salarial des Ouvriers de l’État, seul dispositif permettant de contrebalancer la hausse continue des prix des biens et services de consommation courants et celle des taux de cotisation.L’austérité coûte aux salariés et à leurs familles.

Pire, les gouvernements successifs se sont aussi arc-boutés sur la destruction systématique de nos emplois en bloquant quasi intégralement les embauches dans le corps ouvrier. Les 2 embauches pour 2013 et l’absence totale d’embauche en 2014 ne sauraient nous rassurer quant à l’avenir du corps et des missions dans l’IGN. La CGT O/M revendique l’arrêt de mise en danger des missions par la baisse voulue de la force de travail, l’externalisation induisant la perte des compétences et des qualifications.

Ces deux scandales doivent cesser.

La politique économique et sociale poursuivie depuis plus d’une décennie au niveau de la Fonction publique avec la baisse des effectifs et maintenant la baisse de nos salaires (à grade-échelon identique, au 1er janvier 2014 un agent gagnait moins qu’au 1er janvier 2013 et au 1er janvier 2013 un peu moins qu’au 1er janvier 2012…) n’amène aucune résolution des problèmes majeurs de la société. Au contraire!

C’est pourquoi, Mme la Présidente de la CPO, nous vous demandons de transmettre aux autorités de tutelle le mécontentement des Ouvriers d’État qui, comme l’ensemble des agents de la Fonction publique, en ont marre de gagner chaque jour un peu moins.

Nous attirons aussi votre attention sur les besoins d’avancer sur la mise à jour du REOM.

De façon à être compréhensible sur le terme «avancer», il s’agit pour nous de permettre la reconnaissance des nouvelles spécialités professionnelles et d’assurer des déroulements de carrière cohérents et corrects. Et non pas, comme le laissent à penser les discussions qui ont eu lieu pendant le dernier GT REOM, d’introduire d’une manière ou d’une autre de nouvelles conditions bloquantes pour les avancements catégoriels ou les changements d’emplois des agents.

Nous dénonçons d’ailleurs le refus de viser les dossiers de changement d’emploi de deux agents par la CF, sur des motivations qui apparaissent une fois de plus comme des jugements d’opportunité.

Nous vous attendions sur ces dossiers, vous qui nous assuriez il n’y a pas si longtemps, qu’il fallait en finir avec les méthodes du passé, celles qui étaient faites d’arrangements et d’aplatissements face au CF et qu’il fallait savoir faire respecter les décisions de la CPO puisque celles-ci étaient visées par le DG.

Allons nous encore une fois assister à la soumission de la DRH devant le CF?
Vous transmettrez au Directeur Général l’inquiétude de la CGT O/M quant à la remise en cause intolérable par la CF des décisions de la CPO « changement d’emploi » de décembre dernier.

Vous transmettrez aussi, Madame la Présidente, l’avertissement suivant aux tutelles: si jamais, il était, de nouveau, envisagé de bloquer les avancements de grades ou d’échelons, les commanditaires d’une telle politique auraient à compter avec des agents et des organisations syndicales déterminés à ne pas laisser faire un tel choix de destruction de nos carrières.

Voila, Madame la Présidente, dans quel état d’esprit notre organisation aborde cette séance de la CPO consacrée à la notation 2013.

Soyez assurée, Madame la Présidente, de notre volonté de voir la situation des agents s’améliorer.