Lettre ouverte de la CGT aux responsables de l’établissement

Après l’annonce de la préparation d’un marché pour l’externalisation des fonctions de chauffeurs au GLU, la CGT OM a demandé audience au chef du SLOG par courrier daté du 2 juin.

Le chef de service vient de nous faire la réponse suivante, ce 4 juin:
«Par votre courrier du 2 juin 2015 (cf PJ) vous avez sollicité une audience du chef du SLOG sur l’avenir du service de la logistique en général et sur la fonction transport plus en particulier.
Après discussion avec le secrétaire général, celui-ci souhaite que votre organisation syndicale réitère sa demande directement auprès de la DRH qui se chargera d’organiser cette rencontre à laquelle bien sûr le SLOG sera associée.
Le Chef du service de la logistique
»

Pour la CGT, cette réponse est inacceptable pour les raisons suivantes:
a) sur la forme:
– si nous demandons audience à un chef de service pour un sujet dépendant directement des ses attributions, la moindre des choses est que le responsable hiérarchique assume ses responsabilités pour le niveau qui lui a été confié;
– si nous estimons qu’au-delà des limites des attributions d’un responsable se posent des problèmes plus généraux, la CGT est capable de trouver toute seule la porte des responsables supérieurs à interpeller;

b) sur le fond:
– depuis des années, les services support, dont ceux de la Logistique, sont soumis à une pression drastique à la baisse des effectifs. Maintenant, au-delà des coupes dans les effectifs, ce sont aussi d’autres coupes d’activité plus larges qui seraient à l’ordre du jour. Si aujourd’hui, bien des choses tournent vaille que vaille dans la maison, c’est grâce au dévouement et à la conscience professionnelle des agents du SLOG.

– depuis des années, un service support tel que le SLOG a vu des tranches entières de son activité prendre la voie de l’externalisation: ménage, gardiennage, bureau du courrier, espaces verts, maintenance des bâtiments, entretien du parc de véhicules, récupération des papiers et déchets. Des activités ont disparu du fait des évolutions techniques. D’autres ont été transférées vers d’autres directions (exemples : support informatique et réseau vers la D2SI, activités de stockage de Villefranche à la DPR …) Maintenant la menace plane sur l’accueil téléphonique et sur le transport.

– une rumeur circule selon laquelle une consigne «venue d’en haut» (Qui?) exigerait que le chef du SLOG trouve le moyen de se passer de quinze agents supplémentaires.

Que cette rumeur soit entièrement vraie ou entièrement fausse, peu importe car la réalité est aujourd’hui que l’IGN est au seuil de rupture: la réalisation du RPG a exigé le travail en dehors de l’IGN de plus de 1000 personnes tandis que l’IGN n’assurait en propre que deux départements sur le total. Chercher l’erreur! En vingt ans, le corps ouvrier a fondu sous le soleil de l’austérité de plus de 1200 agents à 650 aujourd’hui. On est en passe d’aller vers un effectif total de l’IGN à 1500, tous corps confondus. Les recrutements sont taris sinon fermés. Et Bercy veut toujours plus de baisses d’effectifs !

L’IGN qui n’avait pas connu de grande fièvre de CDDisation, entre dans une phase où les CDD vont devenir pléthore car variable d’ajustement commode du respect de la double contrainte plafond-plancher sur la masse salariale et l’effectif de référence autorisé.

La CGT l’affirme avec force: la machine à sabrer l’emploi a suffisamment tranché aussi bien sur les services de production que sur les services support (Secrétariat général autant que DRH). On ne peut pas aller plus loin! Même en externalisant, faire faire… c’est aussi du faire en interne!

Au passage, nous tenons à déboulonner le mythe du transfert des agents dont les postes (dans le support) seraient supprimés vers la production. C’est faire abstraction des qualifications et des capacités des agents. Un pour un, ce n’est pas valable partout pour faire n’importe quoi!

Même en imaginant que les postes supprimés verraient leurs titulaires partir heureux en retraite, pour autant … les recrutements de jeunes sont interdits par Bercy!

Quant au coût de l’externalisation, la CGT rappelle et dénonce que la Cour des Comptes, si prompte à fusiller les sureffectifs, est en revanche toujours discrète sur les coûts des transferts vers le privé, exception faite des jours où le scandale devient trop gros (cas des Autoroutes …récemment).

Donc, la CGT prend ses responsabilités:
– elle maintient sa demande d’audience au chef du SLOG, que celui-ci assume ses responsabilités,
– elle demandera audience au SG, à la DRH puis au DG si nécessaire.

Et pour ouvrir les portes des audience, elle se réserve la possibilité de faire appel à tous les agents de l’établissement!

Saint-Mandé, le 5 juin 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s