Projections du Film « La Sociale » dans le Val-de-Marne

« La Sociale » film documentaire consacré à la fondation de la Sécurité sociale en 1945, avec des interviews de protagonistes de l’époque (certains sont décédés depuis la sortie du film).

Un sujet d’actualité quand on connait le programme choc de certains candidats sur le sujet.

Une projection débat aura lieu à Fontenay-sous-Bois, lundi 28 novembre à 20 h 30 au Cinéma Le Kosmos, débat en présence de Jean Bigot, producteur du film.

À Champigny, une projection aura lieu au 66 Jeudi 23 Février à 20h15 ou le Jeudi 2 Mars à 20h15 (confirmation à venir)

Source :

http://www.cgt94.fr/spip.php?article1587

Propositions CGT O/M dans le cadre de la CPO Changement d’emploi 2016

changement-en-cours

La CGT O/M, dans cette réunion comme lors de la prochaine CPO, défendra l’idée que ces repositionnements doivent être cohérents, que repositionner pour repositionner n’a pas de sens et ne laissera pas faire n’importe quoi.

Nous revendiquons d’ailleurs, à travers des propositions et modifications de fiches REOM, de pouvoir permettre aux agents positionnés sur des emplois qui ne correspondent pas à leurs activités ou a leurs niveau de responsabilité de trouver enfin une fiche qui soit le reflet de la réalité.

1.La création de fiche REOM

Nous formulons la demande que la création de la fiche «TECHNICIEN D’ÉTUDES ET DE CONSEIL» soit étudié dans le cadre de cette commission paritaire . voir le lien ci dessous.

https://cgtgeo.files.wordpress.com/2016/11/fiche-cgt-reom-tech-etude-et-conseil.pdf

2.La modification de fiches REOM

a) Nous formulons la demande que les fiches suivantes ayant un plafond de carrière en CM1C, soient toutes déplafonnées en CM2C:

2.3 AGENT TECHNIQUE MÉCANICIEN AUTOMOBILE
2.8 AGENT TECHNIQUE DE LOGISTIQUE
4.3 AGENT TECHNIQUE D’APPROVISIONNEMENT ET DE GESTION DE STOCKS
5.2.8 AGENT TECHNIQUE DU MAGASIN DES PRODUITS
5.2.19 AGENT TECHNIQUE DE FINITION
6.3 AGENT TECHNIQUE DE VENTE
7.4 AGENT TECHNIQUE DE GESTION ADMINISTRATIVE
7.9 AGENT TECHNIQUE DE GESTION ÉCONOMIQUE OU COMPTABLE

22 agents seraient impactés par ce déplafonnement.

b) Nous formulons la demande que les fiches suivantes ayant un plafond de carrière en CM2C, soient toutes déplafonnées en CM3C:

2.4 CONTREMAÎTRE AUTOMOBILE
7.5 CONTREMAÎTRE DE GESTION ADMINISTRATIVE
7.10 CONTREMAÎTRE DE GESTION ÉCONOMIQUE OU COMPTABLE

5 agents seraient impactés par ce déplafonnement.

c) Nous formulons la demande que la fiche suivante ayant un plafond de carrière en CM2C, soient toutes déplafonnées en CM2C+10%:

5.2.20 CHEF D’ÉQUIPE DU DÉPARTEMENT FINITION

1 agent serait impacté par ce déplafonnement.

Enfin, nous revendiquons que les agents qui ont un point de vue sur l’impact d’un changement d’emploi sur leur insalubrité puisse l’exprimer et que l’administration regarde de façon bienveillante les situations.

Pour la CGT O/M

Benjamin Briant , Secrétaire Général

 

 

 

 

 

 

 

 

Déclaration des syndicats CGT de l’IGN lors du CT du 15 novembre 2016

Comité Technique du mardi 15 novembre 2016

Point 10- Réorganisation du service des composantes ortho-imagerie et parcellaire: pour avis

Pourquoi la CGT votera contre

Depuis quelques mois, le service des composantes ortho-imagerie et parcellaire et le service des activitées aériennes sont au coeur d’une réorganisation de service. Ceci afin d’optimiser la production des ortho-images aériennes, nous a-t-on assuré. Les syndicats CGT ont rencontré les personnels du SCOP et du SAA, les chargés de mission sur la réorganisation, et ont analysé les documents transmis dans le cadre de ce comité technique.

Les discussions avec les personnels ont permis de faire émerger, certes à des degrés divers selon qui des agents du SCOP ou du SAA s’exprimait, nombre d’inquiétudes, d’interrogations et de doutes, et ce malgré un processus de « concertation » à travers la tenue de groupes de travail.

Ce qui nous motive dans notre choix, c’est de façon certaine la situation actuelle des agents du SCOP depuis des mois. Sans commandement réel de service, ni perspective sur l’avenir de la production de l’ortho HR, voyant les départs de certains cadres et collègues du service sans pour autant voir d’ouverture de postes, constatant la désorganisation à travers le manque de considération d’une partie de leur travail, ce service a été laissé en déshérence, comme suspendu au-dessus du vide stratégique de l’avenir de l’ortho-imagerie dans les années qui viennent.

Rien de ce qui figure dans cette réorganisation ne répond à la question majeur que se posent les agents du SCOP : une réorganisation pour faire quoi?

Personne, et certainement pas la CGT, ne met sous le tapis les dissensions, pour la plupart techniques, qui ont servi de prétexte au lancement de cette réorganisation. Prétexte? Oui, si on en veut pour preuve : rien de ces problèmes techniques et des solutions afférentes pour les résoudre ne figure in fine dans le projet de réorganisation tel qu’il est présenté demain au comité technique. On y parle de « fluidifier la production », de « réunir les ressources » et « d’optimiser la production » mais ce n’est pas la raison fondamentale de cette réorganisation qui a maintes fois été évoquée par la DG.

Le cadre de celle-ci ne pouvait d’ailleurs pas permettre de faire raisonnablement éclore autre chose. Une lettre de mission émise au mois d’août pendant les congés, des groupes de travail contraints par le temps, un créneau d’un mois pour tous les tenir, tout cela pour arriver à une copie qui finalement diffère peu de l’initiale. Qui plus est, le sujet le plus marquant de tous, sur lequel les personnels et les organisations syndicales ont maintes fois souhaité être renseignés, le niveau et l’avenir de l’ortho dans l’IGN, continue à être évacué des débats. Rien, ou si peu, aussi sur la partie parcellaire du service…

Raison de plus pour la CGT de voter contre cette réorganisation. C’est une réorganisation sans projet technique, sans vision globale et stratégique, où les questions de diminution d’effectifs et de gestion de la sous-charge sont prégnantes. En mettant bien habilement de côté les raisons qui sont à l’origine de cette sous-charge. L’introduction en masse de partenariats en 2017 faisant partir nombre de chantiers en sous-traitance en est l’une des causes, et cela nous parait pour le moins inconcevable.

Nous posions au mois de mars 2 questions résumant les besoins de perspectives sur le sujet :

Pourquoi n’attend-on pas le résultat de l’enquête marketing de la DPC qui sortira en juin et qui sera à même de définir le niveau d’attente de nos clients et partenaires sur la qualité de l’ortho?

Que pensent les tutelles de la mise en place de ce nouveau niveau d’ortho alors que nous allons rentrer dans une phase de négociation du Contrat d’Objectifs et de Performance?

A la première question, il est facile de répondre. Il parait illusoire maintenant de continuer à espérer cette étude marketing. L’agent en CDD qui s’en occupait est parti et personne n’a repris le dossier derrière. C’est dire si cela intéresse réellement quelqu’un au septième étage du bâtiment A.

A la seconde question, il nous a été confié que les discussions sur le COP auraient lieu en 2017 et que ce niveau de sujet serait abordé à ce moment. Autrement dit, c’est pas le moment.

Ce manque d’éclaircissement sur la stratégie de l’établissement sur une de ses productions figurant dans son décret statutaire est, pour la CGT, de nature à être très inquiétant.

Pour autant, il ne peut s’agir pour la CGT de rester dans la situation actuelle.

La construction d’un projet cohérent doit résolument venir résoudre les problèmes évoqués plus haut. Nous revendiquons une clarification sur la stratégie en termes de couverture en ortho-imageries du territoire et des engagements de la direction général sur la production, un volant sur les moyens alloués à ce projet, tant sur les développements d’outils que pour les personnels, ainsi que la création des toutes les conditions nécessaires à l’attractivité des postes actuellement non pourvus au SCOP et au SAA.

En l’état, nous ne pouvons voter cette réorganisation. La CGT demande l’ouverture de négociations avec la Direction générale afin de revoir ce projet.

St-Mandé, le 15 novembre 2016