Communiqué CGT IGN – 17 mai 2016 : la visite d’une ministre méprisante

te

« Si le ridicule ne tue pas, il a néanmoins un nom : Ségolène Royal ! »

1) les faits
En général, quand un ministre vient dans un établissement sous sa tutelle, les choses sont annoncées à l’avance, tout le monde est prévenu, y compris les organisations syndicales.

Mais pour sa venue ce mardi 17 mai, jour d’action nationale contre la Loi Travail, à l’IGN, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal avait fait garder le secret jusqu’au matin.

A 10H, les RG interrogent la CGT sur ses intentions. La CGT annonce qu’elle organise un rassemblement pour accueillir syndicalement la ministre en avançant deux thèmes : le retrait de la Loi Travail et les revendications correspondant aux besoins de l’IGN et de ses personnels.

A 11H00, les personnels prévenus par la CGT se rassemblent devant le lieu d’arrivée supposé de la ministre. Au mieux, nous n’avons pu mobiliser qu’une quarantaine de collègues, chiffre honorable au regard des conditions d’appel tardives.

IMG_3963

Les responsables syndicaux annoncent au préfet, au chef adjoint de cabinet et au conseiller social de la ministre, présents sur place, que le rassemblement se passera sans heurt mais que nous ne nous priverons pas de scander des slogans pour le retrait de la Loi Travail. Aussitôt, le Chef adjoint de cabinet prend la mouche et prévient que ces slogans entraîneraient un refus de recevoir toute délégation. Les responsables CGT répondent qu’il est hors de question de se censurer.

A 11H45, la ministre arrive enfin sur le site de l’IGN mais fait une entrée à la dérobée en empruntant une autre porte. Les manifestants, rassemblés sur le trottoir entonnent les slogans « Retrait, retrait de la Loi Travail ! » et se dirigent vers l’entrée principale de l’IGN pour regagner leurs postes de travail. Et là, surprise : un piquet de RG en civil bloque la porte principale du site, interdisant aux manifestants l’accès à leur propre établissement.

Les seules personnes pouvant rentrer sont alors les responsables syndicaux CGT ayant demandé audience à la ministre. Dans ces conditions, pour le moins ubuesques, les responsables CGT refusent d’aller à l’audience tant que le blocage des portes n’est pas levé.

Un attroupement se forme devant le 73, avenue de Paris, renforcé par la masse des personnes interdites d’entrée sur le site.

IMG_3972

12h15, certains manifestants trouvent un moyen de rentrer sur le site et se rassemblent entre le bâtiment A et le bâtiment B, déployant des banderoles réclamant le retrait de la Loi Travail et appelant à la lutte, jusque dans le hall du A sous le nez du piquet policier.

IMG_0435

Seuls restent dehors, les membres de la délégation CGT et les personnels de l’IGN, de Météo France et du SHOM, sortis à l’occasion de la pause méridienne.

IMG_0436

12H45, départ de la ministre, levée du blocage policier.

2) Notre analyse des faits

a) mépris des salariés et de leurs revendications
Cet épisode ubuesque résulte du seul fait que la CGT et les agents présents ont refusé de se taire et de faire un comité d’accueil sage, muet, soumis. Les oreilles de la ministre ne pouvaient souffrir d’entendre le moindre cri revendicatif.

b) interdiction de circuler et de rentrer dans l’établissement
Aussi loin que notre mémoire remonte, jamais les agents de l’IGN et leurs organisations syndicales n’ont été empêchés de rentrer sur le site. C’est la marque d’un pouvoir aux abois qui considère que les salariés de l’IGN sont un danger même lorsqu’ils s’expriment pacifiquement.

3) Ce que la CGT voulait dire à la ministre

a) Retrait de la loi Travail : d’abord et avant tout, car même dans la Fonction publique les agents comprennent très bien que cette loi aura des conséquences néfastes, d’abord par la remise en cause des 35H et de toutes les règles protectrices en matière de temps de travail.

b) Le modèle économique de l’IGN et le besoin d’un nouveau mode de financement, à l’heure de l’ouverture des données publiques (open data) et d’Internet.
L’État doit donner les moyens à l’IGN de continuer ses missions et de développer ses produits dans le nouveau contexte technologique. Cela passe inévitablement par une hausse de la dotation budgétaire.

c) Les besoins en personnel pour faire face aux missions de service public : les embauches statutaires doivent reprendre, et le niveau de qualification élevé doit être pris en considération.
L’IGN a besoin d’ingénieurs et de techniciens en nombre, les corps statutaires pour accueillir de tels recrutements existent. Il faut embaucher des IT et des ouvriers d’État !

d) La politique immobilière : alors que l’IGN se débat dans des difficultés budgétaires, l’État lui met des bâtons dans les roues en inventant des projets de PPP (Partenariat public-privé) sur la construction de bâtiments sur la parcelle de Saint-Mandé. Par ailleurs, l’État doit à l’IGN 4 millions d’euros au titre des opérations immobilières sur la parcelle de Saint-Mandé et des restructurations de sites en province. L’IGN ne peut supporter cette politique immobilière qui n’est que gabegie, la capacité d’investissement de l’IGN doit être consacrée au développement de ses missions propres (infrastructures nationales des données publiques décrivant le territoire sous de multiples facettes)

Enfin, le conseil d’administration de l’IGN n’est toujours pas entré en fonction depuis avril, date de fin du précédent mandat. Cela tient au fait que la ministre n’a pas nommé le président du CA. Pour l’IGN, cette situation est très inconfortable pour son fonctionnement quotidien, et risque d’être bloquant à très court terme. Il est impératif qu cette situation évolue rapidement.

Saint-Mandé, le 17 mai 2016 à 15H.

 

Voir aussi le compte-rendu de cette visite ministérielle dans le Parisien :

Saint-Mandé : Ségolène Royal évite les manifestants CGT

 

CT de l’IGN du 7 avril 2016 – Les questions diverses posées par les syndicats CGT de l’IGN

Le Comité Technique (CT) de l’IGN est convoqué le 7 avril 2016. A cette occasion, les syndicats CGT de l’IGN ont soulevé en « Questions diverses »  les points suivants :

 

 

Appel au rassemblement du mercredi 9 juin

Communiqué CGT OM IGN du lundi 7 juin 2010


Le syndicat CGT OM IGN se félicite que l’ensemble des organisations syndicales et des associations du personnel de l’IGN agissant dans le domaine social se soit réuni pour la défense des moyens de la colonie de vacances à Roussillon comme pour poser le problème des moyens attribués à l’ensemble des oeuvres sociales du personnel.

Les baisses de subvention comme les restrictions en allocation immobilière pénalisent le personnel. Cette politique immobilière vise à « vendre les bijoux de famille » sous prétexte de combler les « déficits publics »…

Ces déficits ne sont pas le fait des salariés ni des assurés sociaux, mais sont causés, dans un premier temps, par des politiques fiscales favorisant les plus riches tandis que les gens ordinaires supportent la charge de la fiscalité indirecte (TVA). Dans un deuxième temps, les manœuvres des spéculateurs boursiers plombent les finances des Etats et des économies. Dans les deux cas, il est injuste et inacceptable de faire payer l’addition par les salariés et les assurés sociaux.

Pour défendre la colonie de Roussillon,

Pour assurer les moyens budgétaires et immobiliers attribués aux œuvres sociales et aux associations,

-> la CGT OM IGN appelle l’ensemble des agents de l’IGN à participer massivement au rassemblement appelé en commun mercredi 9 juin à 11h30 dans le hall du bâtiment N à Saint-Mandé.

  • Colonie,
  • Œuvres sociales,
  • Effectifs,
  • Salaires,
  • Missions du service public,
  • Retraites :

Nous ne paierons pas la crise des spéculateurs !

Communiqué intersyndical IGN sur l’avenir du site de Roussillon (Vaucluse)

Communiqué CFDT-IGN, CGT-OM IGN, CGT-PTA IGN, CFTC IGN

Mercredi 12 mai, la DG a convoqué l’Entraide pour lui soumettre la perspective de mise en vente du site de Roussillon. Si une telle décision était prise, cela signifierait un recul de l’activité de colonies de vacances que l’Entraide développe depuis des décennies sur ce site comme sur celui de Villefranche.

Le personnel avec son Entraide sociale et ses organisations syndicales ne peut accepter que des décennies d’efforts pour offrir une solution de vacances éducatives et accessibles à tous, à commencer par les enfants dont les parents n’ont pas de hauts revenus, soit sacrifiée sous prétexte de « gestion responsable ».

Les besoins sociaux en termes de vacances accessibles à nos enfants doivent rester une priorité passant avant le paiement d’une dette publique née de la spéculation monétaire menée en définitive contre les populations.

A l’occasion de l’AG annuelle de l’Entraide du mardi 18 mai 2010 (à 9h30 en salle Génot), les organisations syndicales de l’IGN appellent les agents à participer massivement à celle-ci afin de signifier à la Direction son refus d’une remise en cause des œuvres‮ ‬sociales,‮ ‬qui‮ ‬ne‮ ‬s‮’‬arrêtera pas là si nous ne réagissons pas maintenant.

St-Mandé le‭ ‬17‭ ‬mai‭ ‬2010

Restructuration du site de Saint-Mandé : Courrier à notre ministre de tutelle

Restructuration du site de Saint-Mandé :  courrier à notre ministre de tutelle Jean Louis Borloo par l’intégralité des syndicats et des associations du personnel de l’IGN et de Météo-France

Les syndicats et associations de l’IGN et de Météo-France

Paris & Saint-Mandé le 18 mars 2010

Monsieur le Ministre d’Etat,

Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer

Monsieur Le Ministre,

Les associations et les organisations syndicales de l’IGN  et de Météo-France constatent aujourd’hui un manque de concertation important concernant le projet immobilier de St-Mandé et notamment le projet de réhabilitation du bat B.

Tant sur les aspects associatifs, qu’en ce qui concerne les activités professionnelles, il est avéré que des surfaces importantes manquent dans les projets qui nous ont été présentés, à hauteur de 1000m² environ.

Par ailleurs nous devons remarquer que, si la nécessité d’une salle d’hôte n’est pas en discussion, sa localisation loin du restaurant et de la cuisine induit des coûts de réalisation et de fonctionnement importants et inutiles pour un fonctionnement futur compliqué.

Toutes les demandes de surfaces, tant pour les associations sociales, sportives et culturelles que pour les services, doivent être honorées, plutôt que de leur demander de s’adapter à des contraintes d’ordre essentiellement financier.

Leur non prise en compte mettrait en péril les missions des établissements et dégraderait les conditions de travail des agents (aggravation du stress et démotivation…).

Il ne saurait être question pour nous d’accepter le projet tel qu’il nous est présenté. Nous vous demandons de prendre toutes les dispositions nécessaires, tant budgétaires que de concertation afin de débloquer cette situation.

Veillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération,

A St-Mandé, le 18 mars 2010,

SNM/CGT section de Paris

La secrétaire

CGT OM de l’IGN,

Le secrétaire général

SPASMET/Solidaires section de Paris

La secrétaire

CGT PTA de l’IGN,

Le secrétaire général

CFDT Météo-France section de Paris,

Le secrétaire

CFDT de l’IGN

Le secrétaire général

SNITM-FO section de Paris

La responsable

AUC de l’IGN (Association des Usagers de la Cantine IGN)

Le président de l’AUC

ASACEM

Le responsable

Entraide sociale du personnel de l’IGN

Le président

ASCM

La responsable

AS IGN (Association Sportive IGN)

Le président

COOPAL IGN

Le président

Copies :

  • Monsieur le Président Directeur Général de Météo-France
  • Monsieur le Directeur Général de l’IGN
  • Mme la Présidente du Conseil d’Administration de l’IGN
  • Monsieur le Directeur Départemental de la DDE 94
  • Monsieur le Maire de St-Mandé
  • Personnels IGN & Météo-France

Chantier du site de Saint-Mandé : Lettre de l’Intersyndicale au Directeur général

INTERSYNDICALE CFDT-CGT DE L’IGN          Saint-Mandé, le 16 mars 2010

Monsieur le Directeur,

La réunion tenue le 12 mars avec les représentants des organisations syndicales, les associations de l’IGN concernant le projet immobilier, et principalement la réfection du bâtiment B a mis au jour un certain nombre de problèmes.

Certains de ces problèmes ont, sur proposition de l’architecte, commencé à voir des solutions possibles, d’autres sont pour l’instant en attente de réponse.

Parmi les avancées, nous avons pris note, du coté associatif :

–     Pour l’AS IGN, la possibilité de « récupérer » les mètres carrés manquants pour des salles demandés par cette association.

–     Pour l’Entraide,  nous avons bien noté que la garderie sera déplacée à l’emplacement du bâtiment J, avec la construction d’un édifice correspondant aux besoins et la mise à disposition d’un terrain de jeux pour les enfants.

Lors de cette réunion, nous devions revenir sur les problématiques liées aux besoins des services de production de notre établissement. Compte tenu du contexte, nous n’avons pas pu évoquer ce sujet.

Nous n’ignorons pas qu’il a été demandé aux différents directeurs  et chefs de service de revoir à la baisse leurs demandes. Pour nous, cela ne sera pas sans conséquence sur les productions et les conditions de travail des agents de l’établissement.

D’autant que nous avons noté qu’à de nombreuses reprises vendredi dernier, vous vous êtes adressé au chef du SLOG pour qu’il trouve encore des m2 disponibles pour différents besoins.

Le fait que Météo France prenne possession de nombreux m2 dans le bâtiment B, ce qui n’était absolument pas prévu au départ du projet, provoque de graves conséquences sur les conditions futures de fonctionnement.

Nous vous demandons de nous donner très rapidement un compte rendu des décisions de la réunion du 12 mars. Compte tenu du constat des mètres carrés manquants, nous vous demandons d’intervenir à nouveau auprès de nos tutelles pour obtenir la budgétisation de ceux-ci.

Dans l’attente de vos réponses, veuillez agréer Monsieur le Directeur l’expression de nos salutations distinguées.

Syndicat CGT OM IGN,

Le secrétaire général

Syndicat CFDT IGN,

Le secrétaire général

Syndicat CGT PTA IGN,

Le secrétaire général