Pendant que le Ministre Hulot se pavane au Sommet International sur le Climat, les personnels se mobilisent !

Déclaration Intersyndicale CGT-FO-UNSA-Solidaires du 12 décembre 2017 après le rassemblement commun des agents du CEREMA, de Météo-France et de l’IGN tenu à St-Mandé contre les suppressions de postes et la baisse des moyens pour nos missions.

Lire le communiqué

Voir aussi le compte-rendu qu’en donne le Parisien

 

Publicités

Le 12 décembre : Météo-France, IGN, CEREMA en grève et dans l’action !

Appel commun par les fédérations CGT, FO, UNSA et Solidaires du MTES

Mobilisation de l’État pour le climat ?
233 experts supprimés au budget 2018 ! Comprenne qui pourra…

Le 12 décembre, la France organise un Sommet international sur le climat. Pourtant,
le ministère de la Transition écologique et solidaire est dans la ligne de mire des coupes budgétaires décidées par le gouvernement !

En France, les moyens ne suivent pas pour lutter contre le changement climatique.

Le 12 décembre, devant le siège de Météo-France, de l’IGN, du CEREMA Ile-de-France,
233 météorologues, cartographes et experts des risques et de l’aménagement seront rassemblés.
233 comme le nombre minimum de postes supprimés en 2018 dans ces trois Établissements publics.

Rendez-vous pour le rassemblement national des agents des 3 établissements (IGN, MF et CEREMA)
le mardi 12 décembre 2017 de 12H à 14H
devant le siège de Météo-France et de l’IGN :
73, avenue de Paris – Saint Mandé (94)

 

CA de l’IGN du 27 octobre 2017 : déclaration des élus CGT sur le budget

La séance du CA de l’IGN du vendredi 27 octobre 2017 a porté notamment sur le BR N°2 pour 2017 (Budget Rectificatif) et sur le Budget Initial 2018.

Au vu des chiffres annoncés en matière de baisse d’effectifs et de baisse budgétaires, les élus CGT ont voté contre ces deux points budgétaires en délivrant une déclaration préalable que nous portons à votre connaissance.

 

Première pierre posée à Beauvais: Nous y étions!

Ce vendredi 17 mars avait lieu la pose de la première pierre de la future implantation du Service de l’Imagerie et de l’Aéronautique, service issu de la fusion du SAA et du SCOP.

Il convient pour la CGT de revenir sur ce qui a amené le service en charge de la mission d’acquisition des prises de vues aériennes, source d’entrée de la donnée et donc élément stratégique au cœur d’un établissement IGN producteur de données enrichies, à être obligé de déménager après 70 ans de présence sur la base de Creil.

A l’origine de ce déménagement est la décision de transférer la partie aérienne des activités militaires de la base de Creil vers la base d’Évreux. Nous ne saurons jamais si l’IGN aurait finalement pu continuer à exploiter la piste, par la mise en place de solutions alternatives d’aviation d’affaire ou d’un accord avec le Ministère de la Défense cadrant un modus vivendi nous permettant de rester sur site, cette solution n’a pu être réellement et sérieusement étudiée.

De réunions et en discussions, il était apparu que ce n’était pas que l’implantation géographique du service qui était sur la table mais aussi l’existence même de cette mission au sein de l’IGN car la tutelle ministérielle Écologie n’était pas persuadée que cela devait être une mission de service public réalisé par l’IGN. La solution bénie pour ceux-là étant bien évidemment la sous-traitance.

La CGT de l’IGN s’est alors mise dans la situation d’interroger les agents sur leurs volontés, sur leurs attentes et leurs inquiétudes. Il était impératif que les agents puissent s’exprimer ! Il en est ressorti à l’époque une volonté farouche de défendre ce service et un attachement presque viscéral aux missions d’acquisition et de traitement des prises de vues aériennes.

Et c’est bel et bien cela que la CGT a défendu! Le souhait des agents s’est exprimé à travers des pétitions, des questionnaires et des assemblées du personnel. Mais le semblant de choix proposé à l’époque par la Direction Générale ne pouvait à notre sens que produire ce résultat :

Ou un déménagement partiel à Nîmes, sur la base de l’Aviation Civile ; des pseudo-avantages à la clef dont on a toujours pas compris la réelle portée ( mais en fait, peu importe) et surtout des risques importants de casse sociale, de perte de compétences et de mise en difficulté de l’acquisition des PVA. Ce projet s’accompagnait aussi d’une réorganisation de la partie traitement, mêlant le SCOP à un projet déjà à notre sens très bancal. ( Cette réorganisation a finalement eu lieu en 2016, mais parce que nous avons combattu sa forme initiale nocive, sous une forme relativement différente).

Ou un déménagement à Beauvais, impliquant la construction d’une nouvelle base ; le sujet du financement des travaux dans un cadre budgétaire d’austérité imposé par nos gouvernants ne rendant pas l’affaire si simple, ce projet permettait pourtant à la majorité des agents du SAA de trouver une solution ne bousculant pas leur cadre familial et maintenait le cadre fonctionnel du service.

Ce ne fut pas un choix, mais une adhésion quasi-totale à la seconde solution.

Alors, à la vue d’élus se gargarisant de la venue de l’IGN sur le site de Beauvais-Tillé, élus développant tous par ailleurs une idéologie libérale anti-Service Public, un sourire nous vient. C’est une fois encore par la mobilisation des personnels, des personnels attachés à leur travail, à leurs emplois et à leurs missions que ce projet à abouti.

A la vue du représentant de l’État, en la personne du secrétaire général de la préfecture de l’Oise, se félicitant de la synergie d’action entre l’État et les collectivités territoriales, il nous revient à l’esprit que l’État vient d’annoncer une baisse de dotation pour l’établissement et que par conséquent, c’est l’IGN qui va devoir financer seul ces travaux ( alors que la tutelle Écologie s’y était engagée…au début ).

Ces opportunismes bon ton, entre deux verres de champagne, illustrent abondamment que la raison d’être de l’IGN ne va pas de soi pour tout le monde. La CGT se battra et luttera de toutes ses forces pour que l’IGN soit assuré d’une pérennité certaine et que les personnels puissent s’épanouir et prendre part à cette belle aventure que sont les missions de l’IGN.

Longue vie à l’IGN !  Longue vie au SIA ! Bien-être et liberté pour tous les agents de l’IGN ! Et gardons en mémoire que rien de durable ne se fait sans la lutte …

Après le CT de l’IGN du 7 mars 2017 – Situation réelle du RPG

fields-72899_960_720

Lors du dernier CT, la CGT a demandé une présentation de la phase 2. Des chiffres, nous en avons eu, mais sur les conditions de production réelles, c’est par les agents que nous avons été informés. Et il semblerait que les bonnes conditions assurées officiellement ne sont pas au rendez-vous.

Chers agents de la production RPG, prenez 5 minutes pour lire ce mail !

Entre un logiciel Isis, qui plante et dont l’ergonomie de travail ne fait rien pour améliorer le quotidien, et des cadences qui sont intenables, les inquiétudes des agents sont plus que légitimes et doivent être entendues.

Le mode dégradé, dont la DG nous avait dit que ce n’était pas ce qui était visé pour cette année, est pourtant constaté.  » Nous avons pu demander à l’ASP, et nous avons été entendu, quant à la création d’une page dans ISIS dédiée à la prod IGN. Cela va permettre de gagner en confort de production » nous avait assuré le DPR à l’époque. Bon bah c’est raté!

Et les réponses du type  » serrez les dents, c’est qu’un mauvais moment à passer, ne vous démotivez pas  » de la part de DPR ne sont pas du niveau de ce que nous pouvions attendre.
Il nous est rapporté une perte de sens du travail par les agents dans le cadre de ce chantier et de toute évidence un processus non efficient.

Tout cela avec une date de fin de chantier au 31 mars?! Ce n’est ni raisonnable, ni tenable.

Pour la CGT, il est de la responsabilité de l’employeur de mettre à disposition les outils adaptés pour que les salariés puissent tenir les délais.

Nous invitons tous les agents à discuter entre eux, à inscrire sur une feuille ou un tableau ce qui leur paraît insupportable et à les transmettre en retour de ce mail.

Méthodes de travail, cadences, délai, « outil » Isis, tout est discutable, ne vous censurez pas!

Nous allons demander audience rapidement pour porter ce sujet et exiger d’autres conditions de travail pour les agents.

Pour la CGT, Benjamin Briant

Poue

Comité Technique du Lundi 12 Décembre

Le CT (Comité Technique ) de l’IGN est convoqué deux fois lundi 12 décembre.

Une fois, à 14H30, en séance extraordinaire, pour donner un avis définitif sur la Journée de solidarité 2017 (celle de Raffarin, c’est à dire la « solidarité » basée sur le travail gratuit au seul bénéfice des patrons! Rappel : la vraie solidarité qui fonde la Sécurité sociale depuis 1945 repose sur les cotisations sociales – part employés et part patronale – prélevées sur un salaire…)

Ensuite, à 15H00, en séance ordinaire, le projet de décision relative aux conditions générales de l’entretien professionnel annuel et donc de la disparition des notations pour les ouvriers de l’IGN sera  présenté au vote. Les représentants CGT, lors du CT du 15 Novembre dernier avaient contre au motif qu’il manquait la note de gestion précisant les conditions de passage de P3bis à E. Nous revendiquions alors que soit maintenu des critères objectifs d’ancienneté dans la catégorie, d’ancienneté IGN et d’âge par rapport à l’âge moyen dans la catégorie. Ce pour permettre aux agents qui sont positionnés en P3bis de ne pas être percutés ces prochaines années lors des passages en E.
Les documents préalablement envoyés au CT reprennent ces éléments.

Ensuite, l’administration  propose de traiter en questions diverses la réorganisation SCOP-SAA.
Pour mémoire les revendications CGT sur le sujet:

  • Des effectifs et des moyens pour assurer l’ensemble de la mission, et répondre à la demande sur l’ensemble des produits ortho
  • L’ouverture immédiate de postes à candidature, dans l’équipe produit du SCOP, et dans l’unité ortho pour assurer la continuité du service
  • Des investissements nécessaires dans la chaîne de traitement aval de l’ortho, tant en terme de développement que dans sa maintenance
  • Un chef de service adjoint basé à Saint Mandé, capable de manager l’équipe, de donner du sens au travail,  la création d’un poste de chef de produits ortho agissant sur tous les types d’ortho et un vrai secrétariat répondant aux besoins des agents de Saint Mandé.

Les documents préalablement envoyés au CT reprennent certains de ces éléments mais nous persisterons lors du CT à revendiquer sur l’ensemble de ces points.

Ceci sera suivi par un ensemble de questions diverses soulevés par la CGT

o   Indemnité kilométrique vélo: ici
o   Situation des contractuels CDI: ici
o   Situation des NAS: ici
 

Pour la CGT

Benjamin Briant