Après le CT de l’IGN du 7 mars 2017 – Situation réelle du RPG

fields-72899_960_720

Lors du dernier CT, la CGT a demandé une présentation de la phase 2. Des chiffres, nous en avons eu, mais sur les conditions de production réelles, c’est par les agents que nous avons été informés. Et il semblerait que les bonnes conditions assurées officiellement ne sont pas au rendez-vous.

Chers agents de la production RPG, prenez 5 minutes pour lire ce mail !

Entre un logiciel Isis, qui plante et dont l’ergonomie de travail ne fait rien pour améliorer le quotidien, et des cadences qui sont intenables, les inquiétudes des agents sont plus que légitimes et doivent être entendues.

Le mode dégradé, dont la DG nous avait dit que ce n’était pas ce qui était visé pour cette année, est pourtant constaté.  » Nous avons pu demander à l’ASP, et nous avons été entendu, quant à la création d’une page dans ISIS dédiée à la prod IGN. Cela va permettre de gagner en confort de production » nous avait assuré le DPR à l’époque. Bon bah c’est raté!

Et les réponses du type  » serrez les dents, c’est qu’un mauvais moment à passer, ne vous démotivez pas  » de la part de DPR ne sont pas du niveau de ce que nous pouvions attendre.
Il nous est rapporté une perte de sens du travail par les agents dans le cadre de ce chantier et de toute évidence un processus non efficient.

Tout cela avec une date de fin de chantier au 31 mars?! Ce n’est ni raisonnable, ni tenable.

Pour la CGT, il est de la responsabilité de l’employeur de mettre à disposition les outils adaptés pour que les salariés puissent tenir les délais.

Nous invitons tous les agents à discuter entre eux, à inscrire sur une feuille ou un tableau ce qui leur paraît insupportable et à les transmettre en retour de ce mail.

Méthodes de travail, cadences, délai, « outil » Isis, tout est discutable, ne vous censurez pas!

Nous allons demander audience rapidement pour porter ce sujet et exiger d’autres conditions de travail pour les agents.

Pour la CGT, Benjamin Briant

Poue

Publicités

Déclaration des syndicats CGT de l’IGN : RPG, l’heure des comptes…

Saint Mandé, le 29 janvier 2016

Les syndicats CGT de l’IGN prennent acte de la fin de la reprise de la production du RPG sur les
départements initialement réalisés en sous-traitance. Nous réaffirmons que sa réalisation était une
impérieuse nécessité pour l’IGN et qu’il fallait mettre un maximum de moyens pour une livraison
dans les délais.

Il convient maintenant de faire un bilan, notamment en matière d’organisation du
travail, celle-ci ayant été contrainte par les conditions de livraison, et d’interpeller
la Direction générale sur l’avenir de cette production.

Lire l’intégralité de la déclaration

Déclaration CGT IGN du 04 novembre 2015 / RPG : les personnels ne doivent pas (une fois de plus) en payer le prix!

Ce mercredi matin, une grande messe va être donnée en salle Gènot devant les opérateurs réquisitionnés pour la phase de rattrapage du RPG.

Si la CGT reconnaît que la réalisation du RPG est un enjeu vital pour l’IGN, elle demande que la DG et les tutelles, plus particulièrement le MAAF (Agriculture), veillent à y associer les moyens budgétaires et humains suffisants.

Dans ce contexte, la CGT s’inquiète fortement sur les conditions de travail qui risquent d’être imposées aux opérateurs impliqués sur ces travaux dans un contexte technique difficile et peu stable :
– l’interface ISIS de l’ASP, sur lequel l’IGN n’a aucune maîtrise, n’est pas un SIG classique. Celle-ci risque d’alourdir considérablement la phase de réalisation du RPG,
– la valse des spécifications ne doit pas se faire au dépend de l’IGN et donner lieu à une surcharge supplémentaire de travail pour les opérateurs.

Si la Direction Générale et la Direction de la Production peuvent compter sur la mobilisation des personnels, elles doivent s’impliquer pour que les moyens matériels soient mis à disposition pour assurer un fonctionnement optimal.

Dans ce contexte, la CGT souhaiterait faire un certain nombre de rappels sur la réglementation en termes de temps de travail :
– le maximum quotidien d’heures travaillées est de 10h par jour sur une amplitude de 12h,
– il est possible de faire 44h par semaine en moyenne sur 12 semaines consécutives avec un pic de 48h pour cette période,
– le repos minimum entre deux services est de 11h, et le minimum garanti hebdomadaire est de 35h (24H + 11H) avec un maximum de 6 jours de travail consécutifs.
Sur les heures supplémentaires :
– pour les ouvriers de l’État, un samedi travaillé engage un taux horaire majoré à 50% et le dimanche à 100%.
– pour les fonctionnaires et les agents non-titulaires payés sur une base indiciaire, une récupération majorée selon les mêmes coefficients que ceux évoqués ci-dessus.

La CGT revendique de maximiser le nombre d’agents pour répondre à cette production afin que celle-ci se fasse dans le respect strict de cette réglementation. Le but étant que le risque de pression ne se fasse pas au dépend de la santé des opérateurs qui en assureront la charge.

La CGT demande que le seuil d’heures hebdomadaires déclenchant les heures supplémentaires corresponde à la première minute au delà du profil horaire hebdomadaire et que pour les fonctionnaires et les agents non-titulaires payés sur une base indiciaire, soit instaurée une prime exceptionnelle reconnaissant l’investissement humain nécessaire à la réalisation de cette production dans les délais, au delà de la simple récupération majorée.
Enfin, petit détail de fin d’année, la CGT demande que le droit aux congés soit garanti en cette veille des fêtes de fin d’année, que les agents requis aient déjà ou non posé leurs congés pour cette période.
Lire la suite

Travaux du Référentiel Parcellaire Graphique : en heures supplémentaires et en mai… Déclaration des syndicats CGT de l’IGN

Nos collègues qui font le RPG sont invités à travailler dans l’urgence, les samedi et jours fériés du mois de mai, pour achever la phase 3 du RPG et livrer au MAAF fin mai.

Des clarifications sont nécessaires.

Il est effectivement conforme à la réglementation que le Directeur de l’IGN puisse demander au personnel d’effectuer des heures supplémentaires. Il a par contre une obligation de résultat en matière de santé et de sécurité des agents, et par conséquent de faire respecter les garanties minimales que nous rappelons ci-après.

Il est désagréable de constater que l’opération n’est mentionnée dans le compte-rendu du CODIR du 29 avril que par l’euphémisme : « une forte mobilisation en mai », tandis que les organisations syndicales, le Comité Technique et le CHSCT ont été soigneusement tenus à l’écart.

Il est bien évident que l’application de la réglementation est particulièrement importante puisque les heures sont récupérées ou payées avec bonification, ce dont l’administration est évidemment consciente… Le volontariat n’enlève rien au fait que les agents sont en fait soumis à la réglementation et à l’autorité hiérarchique.
Lire la suite