22 mars 2018 – Premiers pas de la mobilisation pour la défense du service public

Manifestation parisienne du 22 mars 2018 – Dans le cortège avec l’UD CGT 94

Les collègues et camarades de Météo France étaient présents à nos côtés

L’unité de toute la Fonction Publique contre AP 2022 : une volonté qui va s’enraciner

 

Publicités

La DGAFP s’exprime avec franchise…le statut de la fonction publique aux orties ?

Communiqué CGT Fonction Publique

Réunion à la DGAFP du 13 mars :

LE PIRE SE CONFIRME !

 

Programmée récemment, une réunion avait lieu ce matin à la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique.

D’après ses initiateurs – les ministres -, ce rendez-vous avait pour objet d’expliciter au mieux le document intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’effectivement les positions gouvernementales ont été étalées au grand jour ! Et ce n’est pas exagérer que de dire que ce qui est à l’ordre du jour est bien le démantèlement du Statut Général …

Compte-tenu des contraintes horaires et de l’importance des enjeux, seuls les deux premiers points du document ont été abordés.

A partir de présupposés idéologiques et de contrevérités de la part de nos interlocuteurs, ce qui est confirmé c’est bien la réduction des instances consultatives (suppression des CHSCT) et l’amputation drastique de leurs prérogatives, en particulier pour les CAP.

A la question cruciale du maintien des droits syndicaux, il n’a même pas été répondu, ce qui laisse augurer le pire !

Et, s’agissant des non titulaires, ce qui est à l’ordre du jour, c’est non seulement le recours accru à cette forme d’emploi mais, au-delà, le fléchage des missions entières où, par principe, le recrutement de fonctionnaires serait banni pour laisser place aux contractuels. Ce qui se dessine, c’est donc l’arrêt du recrutement statutaire dans des pans entiers de la Fonction publique. C’est la mise à mal d’un des principes fondateurs du Statut !

La quasi-unanimité des organisations syndicales se sont élevées fermement contre de telles perspectives et ont réclamé soit le retrait pur et simple de ce document, soit sa réécriture intégrale, mais ces légitimes exigences n’ont pas obtenu le plus petit début d’ouverture.

Pour la CGT, plus que jamais, l’heure est à construire le rapport de forces du plus haut niveau possible, en commençant par être massivement en grève et dans les manifestations le 22 mars.

Montreuil, le 13 mars 2018

2019-01-29 Quelques infos sur la situation de Météo-France…

La direction générale de Météo-France a présenté aux organisations syndicales ses projets concernant Action Publique 2022 le mardi 16 janvier :

  • sur la forme missions maintenues mais avec des réductions drastiques de moyens : plus d’expertise pour la prévision à partir du surlendemain, très forte réduction des effectifs dans les implantations territoriales (effectifs divisés par 3 ou 4), disparition des bureaux d’études et des développements au niveau local, etc…
  • pas d’action d’accompagnement annoncée pour les agents
  • conséquences : aucune vision claire pour l’établissement ni pour les agents

 Localement, des actions sont déjà menées comme à Lyon et sont reprises dans les médias locaux : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/coupes-budgetaires-meteo-france-5-antennes-ferment-auvergne-rhone-alpes-1408879.html.

Des assemblées générales sont et seront organisées dans de nombreux services d’ici le 9 février (date de présentation officielle du projet du PDG aux agents). Lors des premières AGs, la participation était importante. Des préavis de grève sont en débat.

Par ailleurs, des maires manifestent leur mécontentement :

http://www.ledauphine.com/savoie/2018/01/26/la-plagne-coup-de-gueule-aux-rencontres-meteo-france

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/lozere/mende/maire-mende-ecrit-au-pdg-meteo-france-se-plaindre-previsions-lozere-1398675.html

 Le PDG rencontre la tutelle le vendredi 2 février pour présentation/validation de son projet.

Hulot répond à la CGT … et çà cause aussi de l’IGN !

Dans sa lettre du 23 janvier 2018 adressée au secrétaire général de la FNEE CGT, le Ministre Hulot répond aux questions et aux revendications portées par la CGT, lors de l’audience de conciliation tenue dans le cadre du préavis de grève déposé pour l’action nationale commune CEREMA, Météo France IGN à l’appel des fédérations CGT, FO, UNSA et Solidaires du MTES du 12 décembre 2017.

Dans la partie consacrée à l’IGN, on lit la phrase suivante :

« Pour réaliser cette ambition, le directeur général de l’Institut conduira une réflexion globale, soucieuse de valoriser au mieux les compétences de l’établissement »

Ainsi, nous comprenons que le Ministre met le Directeur au poste de commande.

Dès lors, on ne peut que s’interroger sur le peu de communication de la DG depuis la parution du mandat du ministre au DG rendu public le 12 décembre dernier, sur le silence opposé aux initiatives d’agents des DIR de Nantes ou de Lyon pour le moins inquiets pour l’avenir de leur mission et de leurs emplois, sur l’absence de point consacré à la préparation du COP dans l’ordre du jour du CT convoqué pour le mardi 6 février à 14H30.

Certes, le DG a invité les secrétaires des syndicats de l’IGN à une rencontre le 5 février avant le CT, mais pourquoi pas de point d’information au CT ?

Nous invitons les agents à lire cette lettre du ministre afin de juger par eux-mêmes !

Saint-Mandé, le 25 janvier 2018.

 

Décryptage du mandat du Ministre Hulot au Dg de l’IGN: # 1- Les DIR

A travers le « questionnement sur l’implantation régionale de l’IGN », la CGT de l’IGN perçoit une remise en question spécifique des Directions Interrégionale.

Notre avis sur le sujet dans ce tract: https://cgtgeo.files.wordpress.com/2017/12/2017-12-22_tract-cgt-dir.pdf

Bonne lecture

Pendant que le Ministre Hulot se pavane au Sommet International sur le Climat, les personnels se mobilisent !

Déclaration Intersyndicale CGT-FO-UNSA-Solidaires du 12 décembre 2017 après le rassemblement commun des agents du CEREMA, de Météo-France et de l’IGN tenu à St-Mandé contre les suppressions de postes et la baisse des moyens pour nos missions.

Lire le communiqué

Voir aussi le compte-rendu qu’en donne le Parisien

 

Le 12 décembre : Météo-France, IGN, CEREMA en grève et dans l’action !

Appel commun par les fédérations CGT, FO, UNSA et Solidaires du MTES

Mobilisation de l’État pour le climat ?
233 experts supprimés au budget 2018 ! Comprenne qui pourra…

Le 12 décembre, la France organise un Sommet international sur le climat. Pourtant,
le ministère de la Transition écologique et solidaire est dans la ligne de mire des coupes budgétaires décidées par le gouvernement !

En France, les moyens ne suivent pas pour lutter contre le changement climatique.

Le 12 décembre, devant le siège de Météo-France, de l’IGN, du CEREMA Ile-de-France,
233 météorologues, cartographes et experts des risques et de l’aménagement seront rassemblés.
233 comme le nombre minimum de postes supprimés en 2018 dans ces trois Établissements publics.

Rendez-vous pour le rassemblement national des agents des 3 établissements (IGN, MF et CEREMA)
le mardi 12 décembre 2017 de 12H à 14H
devant le siège de Météo-France et de l’IGN :
73, avenue de Paris – Saint Mandé (94)