#Barbecue de #solidarité avec les #travailleurs sans papiers – Rungis dimanche 2 avril 2017 à partir de 11H

Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement par l’UD CGT du Val de Marne :

https://www.facebook.com/94Cgt/posts/397592817289336

Mise à jour du 4 avril 2017 :

La Commission Exécutive du syndicat CGT OM IGN a décidé, ce jour, de verser la somme de 300 euros aux travailleurs sans-papiers en lutte avec l’occupation de la SEMMARIS à Rungis en soutien à leur lutte pour disposer de tous les droits minimaux dont tout salarié doit pouvoir bénéficier. Pas de salariés sans droits ! Stop à l’exploitation !

 

 

Soutien aux grévistes : participez à la caisse de grève en ligne !

Les camarades du syndicat Info-com’ CGT, avec aussi les camarades des syndicats  CGT Air France, CGT Goodyear, Syndicat des Imprimeries Parisiennes CGT…ont pris l’initiative de lancer une caisse de grève en ligne pour ceux qui sont dans des actions de grève reconductible.

Nous encourageons tous les lecteurs de ce blog syndicat à contribuer financièrement au soutien aux grévistes avant de prendre eux-mêmes leur part à l’action nationale du 14 juin prochain.

Accéder à la caisse de grève par le site d’Infom-com’ CGT

Aller directement à la caisse en ligne sur le site du Pot Commun

 

 

 

 

 

Appel à la grève pour le 9 mars 2016

La commission exécutive du syndicat CGT OM IGN s’est réunie ce mardi matin.

Au regard de l’enjeu que représente le projet de loi El Khomri qui aboutirait au dynamitage du principe de faveur (la hiérarchie des normes ), de toute référence légale du temps de travail, remettant en cause et les 35H et les salaires, situation qui au-delà du privé rejaillira sur le public, la CE se prononce pour un appel à la grève ce mercredi 9 mars pour le RETRAIT de ce projet de loi.

Avec le préavis de grève déposé par l’UGFF CGT, tous les agents de la Fonction publique d’État, donc tous les agents de l’IGN aussi, sont couverts !
Voir :

http://www.ugff.cgt.fr/spip.php?article5466

http://www.ugff.cgt.fr/IMG/pdf/-595.pdf

Rendez-vous à St-Mandé à 11h45 dans le hall du bâtiment A pour un départ collectif à la manifestation parisienne (12h30 devant le siège du MEDEF puis participation au rassemblement des jeunes à partir de 14H à République)

Cloture de la collecte de soutien aux grévistes de l’automne – Remerciement aux donateurs

Ce jour [25-11-2010], nous clôturons la collecte lancée par notre syndicat en soutien aux secteurs grévistes qui ont marqué cet automne socialement chaud.

Ainsi, au final, nous avons collecté 1222 euros auxquels nous rajouterons 278 euros pris sur la caisse de lutte du syndicat, pour arriver/arrondir à 1500 euros que nous distribuerons sous la forme suivante :

  • 1) 40% pour les grévistes de la raffinerie de Grandpuits
  • 2) 60% pour les éboueurs parisiens qui ont été parmi les tous derniers à reprendre le travail après 3 semaines de grève rendues très visibles par le blocage de la centrale d’ordures de Vitry.

Nous remercions tous les collègues, syndiqués comme non-syndiqués, qui ont contribué à cette initiative.

La principale leçon de cet automne socialement chaud est la suivante : les salariés de France n’ont pas envie d’être tondus pour satisfaire aux besoins de la Bourse et du patronat. Et ils ont raison ! Et si Sarkozy nous a imposé ces reculs des âges de départ en retraite (62 et 67 contre 60 et 65), pour autant le « grand » ministre porteur du dossier des retraites, M. Woerth, est sorti du remaniement ministériel comme un voleur, sans gloire.

Et voleurs, ils le sont, tous les responsables qui ont décidé d’imposer cette loi qui ne vise pas à « sauver les retraites » mais bien à faire baisser les pensions servies en aggravant les conditions de départ. Ces mesures constituent un vol du salaire différé des salariés.
Et comme dit la chanson :

« battons le fer tant qu’il est chaud,
« soufflons nous-mêmes notre forge
« …pour que le voleur rende gorge »

L’édifiante leçon de choses que nous procurent la Grèce et l’Irlande doit être complétée par une préparation lucide et résolue des prochaines batailles sociales.

Alors qu’hier, on nous décrivait la Grèce comme un pays de fainéants qui devaient bien finir par payer, tôt ou tard, des turpitudes incompatibles avec l’économie actuelle, voici que le « Tigre celtique », hier encore porté aux nues par la presse économique, se retrouve aussi touché !

Dans les deux cas, des pays entiers sont pris en otage par les mouvements spéculatifs des marchés financiers. L’avenir même de la zone euro est en suspens avec la menace réelle que la crise se propage à l’Espagne, à l’Italie voir à la France.

Quelque soit la façon dont la crise économique se répandra, il est clair, et en cela réside l’esprit de notre mobilisation de cet automne, que les salariés n’ont pas à payer pour la crise des spéculateurs et des banquiers !
La baisse des salaires, des pensions, des minima sociaux, des prestations sociales, les licenciements, les suppressions de services publics ne servent pas la société, la majorité, elles ne profitent qu’à une infime minorité.
Cela est donc totalement injustifié, illégitime. Les salariés n’ont rien à lâcher !

Chaque euro versé à cette collecte de soutien aux grévistes est un euro versé pour la prochaine mobilisation. A la rapacité des marchés financiers et des patrons, nous opposons les valeurs et les moyens de la solidarité sociale : la défense collective de la condition des salariés, des systèmes de protection sociale.

En prévision des prochaines mobilisations sociales, pour préparer lucidement ces échéances, la CGT OM IGN lance un appel à tous les agents de l’IGN : ne restez pas isolés, défendez-vous, défendons-nous !
Syndiquez-vous !

Saint-Mandé, le 25 novembre 2010

Tract CGT OM IGN daté du 25 octobre 2010

Le vote de la loi de casse de nos retraites par le Sénat n’efface pas son caractère inacceptable et illégitime, car anti-social !

CONTRE LA CASSE DE NOS RETRAITES !

Le Sénat a voté le 22 octobre, avec des procédés cherchant à brûler les étapes, le projet de loi consacré à nos retraites. Avant même que le texte ne repasse devant l’assemblée nationale pour son vote final, il est certain que le pouvoir et le MEDEF vont tenter d’étouffer la mobilisation en disant que désormais la légitimité du vote du Parlement implique la fin de l’histoire.

Vote du Parlement ou pas, cette loi n’a pas de légitimité car elle n’est pas faite pour « sauver nos retraites » comme le prétend la propagande gouvernementale. Elle vise, dans la continuité des lois de 1993 et 2003, à faire baisser nos pensions pour réduire la part des salariés dans le partage de la richesse créée (la valeur ajoutée comme disent les journalistes économiques …) pour le plus grand profit du patronat et des banques.

Malgré toutes les déclarations tendant à faire croire que des concessions auraient été faites aux demandes des organisations syndicales ou aux besoins de telle ou telle catégorie de salariés, il demeure les faits incontournables et inacceptables :

  • le recul de l’âge de départ en retraite de 60 à 62 ans, soit deux années durant lesquelles une grande partie des salariés sera en posture précaire car après 55 ans, plus de la majorité des salariés ne sont plus en situation d’activité…
  • le recul de la limite d’âge (c’est-à-dire l’âge auquel les pénalités de la décote disparaissent) passe de 65 à 67 ans.

Faire passer pour une grande avancée sociale le maintien de la limité d’âge à 65 ans pour les salariés handicapés et les mères de 3 enfants ayant interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants est une sinistre plaisanterie au regard de ce qui existe actuellement…

  • le passage de 40 à 41 annuités est un moyen parmi d’autres de faire baisser les pensions
  • la mainmise patronale sur la médecine du travail
  • la farce de la pénibilité qui enterre les corps actifs et l’insalubrité pour les corps qui en bénéficiaient…Le patronat peut être rassuré : les gars du bâtiment ne partiront pas d’office à 55 ans. Mieux, ils seront, comme avant, licenciés car devenus inaptes au travail. La pénibilité dans ce cas ne permettra d’avoir le droit de partir en retraite que sur la base d’un constat de la dégradation définitive de l’état de santé du salarié…
  • l’instauration du comité de pilotage des retraites qui sera la tour de contrôle de la descente vers le toujours moins du système des retraites.

De nombreux secteurs connaissent des mobilisations sous des formes diverses (grèves sectorielles, blocages, manifs, AG…) par delà les appels à la grève lors des journées d’action nationales. Contrairement à ce que la grande presse tend à minimiser, l’ampleur de la mobilisation des salariés et des jeunes est telle que Raymond Soubie, le conseiller en « relations sociales » de Sarkozy, est en train de perdre la face, lui qui pensait que le vote de cette loi passerait sans faire trop de vague dès septembre… Nous approchons du mois de novembre…

Alors, au-delà des manœuvres médiatiques, le gouvernement sort le gros bâton :

  • les travailleurs des raffineries en grève sont soumis à des arrêtés de réquisition qui dépassent le cadre de cette législation faite pour les temps de guerre ou de crise très grave, les piquets de grève sont dégagés par des interventions policières.
  • les incidents se multiplient lors de manifestations, où la dénonciation intéressée de la « racaille » ne peut plus dissimuler le recours à des méthodes de provocation par certains sur ordres d’en haut.

Le syndicat CGT OM IGN appelle les agents de l’IGN à participer massivement aux journées de mobilisation lancées par l’Intersyndicale nationale le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre.

 

Les 28 octobre et 6 novembre :

TOUS EN GREVE ET EN MANIFESTATION

Saint-Mandé, le 25 octobre 2010

Alors, pour aider le mouvement à tenir et à rebondir, le syndicat CGT OM IGN propose de lancer :

Une collecte financière pour soutenir les secteurs en grève, notamment ceux des raffineries soumis aux réquisitions outrancières et aux actions policières de déblocage des usines et des dépôts.

(Etablir vos chèques à l’ordre de CGT OM IGN mention « solidarité avec les grévistes des raffineries »).

RAFFINERIE DE GRANDPUITS : Appel à la solidarité

Appel à la solidarité

AUX CITOYENS FRANCAIS

Caisse de solidarité Raffinerie de Grandpuits

Réforme des retraites

En complément des manifestations, nous devons tous concourir à soigner la surdité du gouvernement. Si nos manifestations ne suffisent pas, certains ont montré la voie par d’autres alternatives.

Les salariés du pétrole, et tout particulièrement les salariés de Grandpuits, se sont déjà mobilisés en arrêtant leurs expéditions les 8 et 9 juin, et les 23 et 24 septembre, pour protester contre cette réforme injuste.

Pour soutenir cette action, qui consiste à arrêter de produire du carburant, nous demandons aux citoyens français, un élan de solidarité.

Nous sommes en grève depuis le mardi 12 octobre avec les pertes de salaires qui en résultent. Notre but, n’est en aucun cas de paralyser les travailleurs français, mais d’être rejoints par votre soutien financier ou moral, ou par vos aides dans des actions revendicatives.

Il n’y a que comme cela que nous arriverons à assurer la victoire du peuple face à cette réforme scélérate qui nous est imposée.

Pour vos dons, veuillez nous adresser par chèque, au montant de votre choix, à cette adresse :

RAFFINERIE DE GRANDPUITS
INTERSYNDICALE CGT / CFDT
77720 MORMANT CEDEX

A l’ordre de :

Intersyndicale C.G.T. / C.F.D.T. Total GPS


Le syndicat CGT OM IGN lance une souscription pour soutenir les camarades de la raffinerie de Grandpuits.
Adressez vos chèques à CGT OM IGN, mention « solidarité grévistes Grandpuits » par le biais des militants de votre connaissance.

 

Les syndiqués et collègues d’IGN Espace ont déjà collecté 427 euros, à l’heure où ce post est rédigé, qui seront partagés entre la solidarité aux raffineries et aux cheminots en lutte.

Cette solidarité est d’autant plus nécessaire que le gouvernement, en pratiquant la réquisition des grévistes et en envoyant les CRS/gendarmes contre les piquets, entend affaiblir définitivement la gréve du secteur des raffineries. Ne le laissons pas faire !!